^

Politique

Comble de l’indécence

4000 emplois supprimés à Pôle Emploi pour cause de ... "baisse du chômage"

Le chômage baisse de 1%, supprimons 4000 postes chez Pôle Emploi ! Même si cela peut paraître irréaliste, c’est bel et bien 7% des postes qui seront supprimés selon le directeur général de Pôle Emploi, Jean Bassère.

Selon le Journal du Dimanche (JDD), le directeur général de Pôle Emploi a donc annoncé il y de ça trois semaines que 4000 des 55 800 emplois pourraient disparaître d’ici 3 ans. Il s’est empressé, comble de l’indécence, de justifier ces licenciements par la baisse du chômage de 1% au premier trimestre de 2018.

D’une part, cet argument ne tient pas, car une baisse du chômage, qui de plus est minime, ne supprime en aucun cas la charge de travail des salariés. En effet, la première explication est que les chiffres de baisse du chômage annoncés concernent les chômeurs de catégorie A, soit ceux qui n’exercent aucune activité professionnelle, tandis que les inscrits à Pôle emploi qui sont de toutes catégories confondues n’a diminué que de 0,6%. De plus, cette décision est en totale incohérence avec le plan promis par le gouvernement d’accompagnement privilégié pour un million de chômeurs de longue durée, et d’un million de jeunes sans emploi.

La goutte d’eau qui fait déborder le vase

La loi de Finances 2018 avait déjà entamé le processus en sucrant 50 millions d’euros à la subvention qui revient à Pôle Emploi, quitte à, selon le JDD, mettre en péril l’équilibre financier de la structure. Et c’est l’ensemble la mission Travail qui en pâtit avec Macron : les crédits de la mission ont été diminués de 1,5 milliard d’euros en 2018, avec pour prévision la suppression de 4 milliards d’euros d’ici 2002, cumulés à la casse de 1380 contrats aidés et de 297 temps plein.

Et les conditions de travail ne cessent d’être plus dures avec l’augmentation de la charge de travail et du non-remplacement d’une partie des départs à la retraite. Début février dernier, une employée de 25 ans l’agence Pôle Emploi de Châtellerault tentait, sur le lieu de travail de la direction, de mettre fin à ses jours à cause d’une pression patronale incessante, et de méthodes décrites comme à la limite du harcèlement. Cette même employée avait refusé de subir une « Observation de relation de service », en d’autres mots une procédure de contrôle des salariés qui subissent les visites d’examinateurs les notant durant les entretiens avec des demandeurs d’emploi. Une mesure qui s’est généralisée en 2017 et qui, alors qu’elle était justifiée par la direction par un objectif d’amélioration des services, pourrait par exemple trancher pour licencier tel ou tel salarié.

Les promesses du gouvernement d’entamer un meilleur accompagnement des chômeurs n’est en réalité qu’une vaste fumisterie supplémentaire. Les 4000 licenciés se retrouveront eux aussi dans la précarité, et les conditions de travail des employés restants ne seront qu’aggravées à cause de budgets accordés à la « Mission travail » toujours diminués, provoquant une augmentation incessante des charges de travail.




Mots-clés

Austérité   /    Licenciement(s)   /    Chômage   /    Politique