^

Notre classe

SNCF, hôpitaux, même combat pour le service public

A Valence, les cheminots grévistes donnent leur sang pour l’hôpital public

De Portes-lès-Valence, de Livron, Crest ou encore Die, une trentaine de cheminots en grève ont décidé de venir donner leurs sangs mardi au sein de l’Établissement Français du Sang de Valence. " Nous donnons notre sang car nous voulons être au service de l'intérêt général, une idée que nous défendons à travers notre grève."

C’est Max Vigne, donneur régulier et cheminot, qui a lancé l’idée. Avec lui, une trentaine de cheminots en lutte de la zone de la Drôme-Ardèche qui se sont rendus mardi 5 juin au sein de l’Établissement Français du Sang de Valence pour faire une action de solidarité concrète qui se voulait également symbolique.

"Cette démarche s’inscrit dans la continuité de nos revendications. En menant notre grève contre le pacte ferroviaire, nous défendons d’intérêt général et nous souhaitons garantir la sécurité des usagers" explique un donneur. Pour les cheminots présents sur place, la lutte pour la défense d’un service public des transports et celle, en cours à l’hôpital contre la destruction de la santé publique, vont dans le même sens. " Ce sont des enjeux sociétaux. Qu’il soit de transport ou de santé, nous voulons qu’il existe un service public de qualité, qui doit servir l’intérêt général et se mettre en dehors des questions financières et de rentabilité" poursuit-il. "Donner son sang, c’est vouloir répondre aux enjeux de santé, c’est faire face aux besoins de produits sanguins".

Très content de cette venue, l’EFS avait prévu les équipes suffisantes pour accueillir le groupe. L’occasion pour un des médecins de confier qu’il était lui même fils, et petit fils de cheminot.

Dans la Drôme et en Ardèche comme dans le reste de la France, et malgré le passage du pacte ferroviaire devant le Sénat, les cheminots sont déterminés et multiplient les actions coup de poing en plus des journées de grève : dimanche dernier, ils organisaient une action péage gratuit au Sud de Valence, et leurs actions et interventions auprès des conseils municipaux de la vallée du Rhône a fini par payer. Le guichet en gare de Die, dont la fermeture était prévu le 1er juin 2018, restera ouvert. D’autres actions sont prévus pour les jours à venir notamment pour assurer le maintien du guichet de Teil en Ardèche, lui aussi menacé de fermeture comme dans de nombreuses petites villes. La bataille continue !




Mots-clés

Services publics   /    Bataille du rail   /    Casse de l’hôpital   /    Santé   /    secteur santé   /    Cheminot-e-s   /    SNCF   /    Notre classe