^

Jeunesse

Aix-Marseille Université

Aix-en-Provence. La mobilisation s’organise contre le Plan Étudiants

Après deux assemblées générales la semaine dernière, une à Aix-en-Provence et une à Marseille, la mobilisation contre le Plan Étudiants s'organise à Aix-Marseille Université. Une AG s'est réunie ce mardi sur le pôle de la faculté des Arts, Lettres, Langues et Sciences humaines, suivie d'un rassemblement devant le rectorat à Aix-en-Provence pendant qu'une délégation était reçue. Une nouvelle AG aura lieu ce jeudi 14 décembre à 12h30 sur le pôle Saint-Charles à Marseille.

En cette journée de mobilisation nationale contre le Plan Etudiant, la mobilisation s’organise et s’intensifie sur les différents pôles et facultés d’Aix-Marseille Université malgré le calendrier serré imposé par le gouvernement et la semaine de révision instaurée avant les partiels. Cette assemblée générale était à l’initiative de l’intersyndicale. À la fin de l’AG, l’ensemble des participant·e·s s’est rendu devant le rectorat afin d’accompagner et de soutenir la délégation reçue par le recteur.
Étaient donc présent·e·s et sont intervenu·e·s les représentant·e·s du collectif DESIRS, de l’UNEF, de la JC, de Sud Education, du SNESUP, de FO et de la FSU.

Plusieurs éléments du projet de réforme ont été rappelés ainsi que les dangers qu’ils représentent. Les différent·e·s représentant·e·s ont également informé des modifications en cours du projet.
Désormais, l’augmentation des frais d’inscription ne se fera pas de manière exponentielle comme il était indiqué (50 euros pour la Licence, 70 euros pour le Master et 180 euros pour le Doctorat) mais sera uniforme avec une augmentation de 110 euros pour toutes et tous. De même, à la suite d’une fuite des documents de la conférence des directeurs des UFR de Lettres et Sciences Humaines qui a eu lieu le 17 novembre, on en apprend plus sur les fameux attendus qui vont servir à la mise en place de la sélection. Ces documents révèlent qu’outre les dix vœux non hiérarchisés accompagnés de lettres de motivation, les lycéens devront fournir un CV et les notes de premières et terminales dans des matières sélectionnées. Pour la plupart des Sciences Humaines, les documents montrent que dans ces attendus, il est demandé un bon niveau en Français et dans des matières telle que l’Histoire-Géographie, ainsi qu’une matière scientifique, pouvant être les Sciences Économiques et Sociales. Autant dire que les filières professionnelles et technologiques vont être directement impactées par ce genre de décision. Les lycéen·e·s issu·e·s de ces filières ne pourront donc définitivement plus rentrer à la fac.

L’assemblée générale a également déploré la diffusion dans les lycées d’une brochure du gouvernement. Celle-ci, rédigée exclusivement au présent comme si tout était déjà acté, se veut explicative de la réforme mais présente un bon nombre d’incohérences et de raccourcis comme la communication de la ministre sur le sujet. On notera que la brochure est en couleur et plastifiée. Une belle dépense du gouvernement dans de la propagande alors qu’au même moment, il réduit le budget des services publics.

Enfin, la situation locale a été rappelée ; notamment le problème des maquettes de formation en cours de finalisation mais qui seront caduques si la réforme est mise en œuvre. Le manque de financement est également un énorme problème pour Aix-Marseille Université. On notera que malgré la rénovation du campus aixois, l’amphithéâtre dans lequel a eu lieu l’AG ne peut être chauffé en même temps que le bâtiment principal, ou encore que les bâtiments ont été conçus pour un nombre inférieur d’étudiant·e·s que leur nombre réel, engendrant actuellement un manque de salles...

La présence du doyen et directeur de l’UFR a été remarquée. Son intervention a défendu les attendus et les a rejetés en tant qu’éléments de sélection, adoptant ainsi le discours du gouvernement. Néanmoins, il a reconnu l’écart entre les objectifs et les moyens immédiats, déplorant le problème que va constituer la gestion des vœux par l’Université. Le doyen a également promis une réunion d’information au sein de l’établissement mais uniquement quand il sera en possession des informations suffisantes. C’est dire à quel point les premier·e·s concerné·e·s et responsables sont informé·e·s des plans du gouvernement et de cette réforme qui est réalisée sans concertation. L’annonce de cette réunion reste tout de même un premier pas dans une configuration où jusqu’à présent aucune information n’était transmise aux personnels et aux étudiant·e·s.

Une motion, dans la suite des motions et actions votées au cours de l’assemblée générale de Marseille, appelant les instances de l’Université à se prononcer sur le Plan Étudiants, à informer les personnels de celui-ci et à permettre la libre circulation des informations et des opinions, notamment par le biais de liste mails sans modération, a été votée à la fin de l’AG.

Comme cela a été souligné au cours de l’AG, il est devenu rare que la mobilisation s’organise également sur le campus aixois et il est tout à fait encourageant de voir qu’elle se maintient même en cette semaine de révision pré-partiels. Il est nécessaire désormais d’organiser le calendrier pour le mois de janvier et de durcir les moyens d’actions. Parmi eux, la grève et la rétention des notes sont déjà envisagées.

Facebook de la mobilisation à Aix-Marseille Université

Twitter

Crédits photo : © Photo Valérie Chénine




Mots-clés

mouvement étudiant   /    Marseille   /    Jeunesse