^

Monde

Scandaleux

Brésil. « Printemps fasciste », le rap anti-Bolsonaro censuré par YouTube

Le clip combatif contre Bolsonaro avait atteint 1 million de vues en une semaine. YouTube l’a censuré sous des prétextes scandaleux.

« Printemps fasciste » est le titre d’une chanson combative contre le président élu Jair Bolsonaro. Sept MC de rap se sont associés pour écrire et interpréter une chanson qui dénonce et répond aux discours les plus haineux réactionnaires de Bolsonaro.

Neuf minutes de paroles percutantes et combatives. « Idolâtrant des fascistes, soutenant la torture / Le peuple manipulé veut te mettre au pouvoir / Je suis la guerre civile, je ne crains pas ta dictature », voilà les premiers mots de la chanson. « Je suis Marielle e maître Moa » est-il ensuite affirmé, faisant référence à la conseillère municipale de Rio assassinée alors qu’elle s’opposait à l’intervention militaire dans la ville et au maître de capoeira Moa do Katendê assassiné par un électeur de Bolsonaro.

La chanson dénonce à plusieurs reprises le machisme et l’homophobie de Bolsonaro : « Tu penses qu’être c’est quelque chose que l’on apprend / Tu as dit que Haddad avait même créé un kit [gay] / Ma sœur est gay et m’a appris à comment bien traiter les filles / Et de petit j’ai joué à Hello Kitty ».

Mais la chanson dénonce aussi la corruption, que Bolsonaro et son parti, le Parti Social Libéral, disent combattre. Ils rappellent que la multinationale brésilienne exportatrice de produits agro-alimentaires (notamment de la viande), JBS, a financé illégalement le PSL de Bolsonaro. La chanson s’attaque également au programme néolibéral de privatisations du nouveau gouvernement.

Cet esprit combattif, combiné à un son puissant entrecoupé des discours les plus haineux du candidat ultraréactionnaire, a rencontré un succès très rapide. Mis en ligne le 23 octobre, avant le second tour, en une semaine il atteint 1 million de vues. Et c’est effectivement une semaine après sa mise en ligne que la vidéo a été supprimée de YouTube.

Dans un communiqué, la maison de production « Setor Proibido » écrit : « nous nous sentons censurés et pensons que la décision de retirer la chanson, surtout qu’elle était publiée depuis plus d’une semaine, est totalement arbitraire et sans précédents ».

Quand on a demandé à l’équipe de YouTube les raisons de cette censure, elle répond tout simplement : « nous n’acceptons pas du contenu qui encourage des activités illégales ». Des déclarations complètement hypocrites, notamment quand on sait que les vidéos de Bolsonaro étalant des discours haineux, racistes, homophobes, machistes peuvent circuler tranquillement.

Bolsonaro n’a pas encore pris ses fonctions de président mais on peut dire que la censure et les limitations à la liberté d’expression ont déjà commencé et trouvent une aide précieuse des multinationales comme YouTube.

Mais la sympathie que la chanson a générée au sein du public a fait que d’autres utilisateurs de YouTube ont reposté la chanson. Tout cela montre qu’il y a un secteur de la société brésilienne, notamment dans la jeunesse, qui est prête à se battre, à résister contre l’avancée de l’extrême-droite et ses attaques.




Mots-clés

Jair Bolsonaro   /    Présidentielle 2018 au Brésil   /    Brésil   /    Monde