^

Politique

Grand débat

Cahier de doléances : répartition des richesses et plus de démocratie largement en tête des revendications

Les revendications exprimées dans les cahiers de doléances commencent à remonter. Le résultat est sans appel et logique : ce sont les revendications sur le pouvoir d’achat et la démocratie qui prédominent.

Les cahiers de doléance mis en place par les maires depuis plusieurs semaines commencent à remonter. Ce lundi notamment, l’Association des Maires Ruraux de France (AMRF) a remis une synthèse des revendications à Emmanuel Macron. Et le moins que l’on puisse dire : c’est que les revendications sont claires et à l’opposé des priorités que cherche à imposer Macron à travers son Grand Débat national.

Selon l’AMRF, les premiers sujets de revendication portent sur la justice sociale (17,2% des occurences), la justice fiscale (14,3%) ainsi que l’emploi et l’économie (8,3%). Derrière ces deux catégories définies par l’association, ce qui se dessine en creux, c’est la question de la répartition des richesses qui est au cœur des exigences. A commencer par le rétablissement de l’ISF que Macron a déjà écarté. Mais les revendications bien plus loin : certains avancent par exemple la limitation des hauts revenus, dans un rapport variable mais autour de 1 à 20.

Dans la même veine, la question de la hausse des salaires et des pensions réapparait très fréquemment, à commencer par une vraie hausse du SMIC dont le seuil réclamé oscille entre 1300€ et 1700€ nets. C’est également la question de l’indexation des salaires sur l’inflation qui est posée. Au-delà de la multiplicité des revendications, c’est l’idée que chacun puisse vivre dignement de son salaire qui est avancée.

D’autre part, une question qui revient est celle de l’accès aux services publics et aux transports, en particulier dans les zones périurbaines et rurales avec les thèmes aménagement, transport et mobilités (9,4%), transition écologique et énergétique (8,4%) et services de proximité (5,1%). Dans les cahiers s’expriment le refus de voir sacrifier les services publics et la capacité de se mouvoir au nom d’une transition écologique, qui sert surtout pour le gouvernement à justifier les cures d’austérité.

Troisième grand thème de revendications, la question de la démocratie est omniprésente avec les thèmes de l’organisation politique et territoriale (14%), la vie démocratique (8,7%) et le rôle de l’Etat dans les territoires (5,1%). La défiance vis-à-vis des hommes politiques dominants qui appliquent depuis des années les mêmes recettes néo-libérales se fait largement sentir. L’idée qui ressort, c’est de pouvoir contrôler les élus, avec une décentralisation du pouvoir dans les échelons locaux, la capacité de les révoquer ou encore la volonté d’en finir avec les privilèges : un salaire équivalent au salaire d’un travailleur, la fin des régimes spéciaux des élus et grands fonctionnaires, etc. etc.

Le référendum d’initiative citoyenne (RIC) apparaît bien sûr en bonne place. Il apparait comme une synthèse des différentes exigences démocratiques, et ce malgré les nombreuses limites que comporte cette revendication.

Alors que la consultation du Grand Débat organisée par le gouvernement vient juste de commencer, les sujets de préoccupation exprimés sont clairs. Ils sont bien éloignés de ce que le gouvernement cherche à imposer comme calendrier, en évacuant d’emblée le retour de l’ISF ou encore en imposant le thème de l’austérité (en demandant quels services publics doit-on supprimer) ou de l’immigration. C’est également un joli pied de nez à tous les médias qui cherchaient à monter en épingle les manifestations xénophobes d’une poignée de manifestants pour discréditer le mouvement.

C’est bien pour cela que la majorité de la population ne croit pas à la supercherie du Grand Débat. Selon un dernier sondage, 66% se disent sceptique sur l’utilité et l’impartialité de celui-ci. Et ils seront nombreux dans la rue à manifester ce samedi pour l’acte 10 malgré les tentatives d’intimidation du gouvernement.

Classement des thématiques par ordre décroissant (de la plus abordée à la moins abordée au sein des doléances), avec le pourcentage des occurrences (c’est-à-dire la part de chaque thème dans l’ensemble des contributions).

1. Justice sociale = 17,2 %

2. Justice fiscale = 14,3 %

3. Organisation politique et territoriale = 14,0 %

4. Aménagement, transports et mobilités = 9,4 %

5. Vie démocratique = 8,7 %

6. Transition écologique et énergétique = 8,4 %

7. Emploi et économie = 8,3 %

8. Sujets internationaux = 5,4 %

9. Services de proximité = 5,1 %

10. Rôle de l’État dans les territoires = 5,1 %

11. Autres = 4,1 %

Source : Association des maires ruraux de France




Mots-clés

grand débat   /    Gilets jaunes   /    Politique