^

Politique

Une affaire qui remonte à 2013

Claude Bartolone non imposable à 70% : le détournement de fond est généralisé a l’Assemblée

Boris Lefebvre Alors que l'affaire Fillon étale la corruption généralisée du candidat de la droite, il n'est pas inutile de rappeler que les encouragements à profiter de l'argent public gangrènent l'Assemblée nationale. A titre d'exemple, Claude Bartolone, président socialiste de l'Assemblée nationale depuis 2012, s'était illustré, en 2013, avec ses revenus astronomiques comparés aux nôtres ainsi que ses 70 % non imposables.

Claude Bartolone pensait faire bonne figure en réduisant de 10 000 a 7000 euros son indemnité de fonction de président de l’Assemblée nationale : mais ce montant étale en fait le scandale des rémunérations astronomiques des députés. Quand on sait par ailleurs que la majorité des indemnités sont non imposables, on se dit que l’Assemblée nationale ressemble a une vaste caisse dans laquelle on peut piocher sans vergogne tout en augmentant les impôts des travailleurs.
 
En tout et pour tout, le salaire de Bartolone dépasse allégrement les 10 000 euros. Outre ces 7000 euros, il touche en effet une indemnité représentative de mandat net de 5570 euros, à laquelle son salaire de 4082 euros net vient donner la touche finale. Sur l’ensemble, seule la part du salaire est imposable, ce qui fait que près de 70 % de son revenu échappe à l’impôt. 
 
Quand l’information avait été révélée par Sine Hebdo en 2013, l’Assemblée nationale avait cru se défendre en mettant en avant le fait que les 3000 euros de baisse de l’indemnité de président de l’Assemblée valaient bien plus que toute mesure d’imposition. Cette déclaration cachait sciemment toutes les autres dispenses dont jouissent les députés et qui constituent autant de scandales.
 
Devant le détournement généralisé de l’argent public et les injonctions perpétuelles à la rigueur lancées par les possédants, il est urgent de rappeler que si nous pouvons vivre avec 1700 euros par mois, aucun député ne devrait pouvoir toucher plus que le salaire moyen d’un travailleur.




Mots-clés

PS   /    Politique