^

Notre classe

Appel à soutien

Conducteur de bus à la RATP, Guy risque la révocation suite à un acharnement policier !

L’histoire racontée dans le communiqué de la CGT Bus ci-dessous peut sembler invraisemblable. Pourtant c’est bien ce qui est arrivé à Guy, conducteur de bus RATP (« machiniste-receveur » dans le jargon professionnel) dépendant du dépôt de Flandres à Pantin. Après un contrôle de police hors de son temps de travail où les flics n’ont rien trouvé à lui reprocher, Guy s’est vu notifier par sa direction une suspension de service et une convocation à un entretien pouvant entraîner sa révocation de la RATP, ce mardi 5 juin. En solidarité, ses collègues ont appelé à la grève le même jour.

Guy est victime d’un acharnement policier !

Guy - c’est son surnom - Machiniste du dépôt de Flandre, est un jeune gars sans histoire.

Depuis 6 ans à la RATP, propre sur lui, respectueux envers les collègues comme envers la direction. Aucun reproche à lui faire, jamais convoqué, aucun fait fautif, pas d’accident, très peu d’absentéisme et même, à l’occasion, rendant service au dépôt en sacrifiant des repos. Toujours le sourire avec tout le monde, enfin bref, le gars d’humeur égale et visiblement heureux de vivre et de travailler à la Régie.

Le 23 avril dernier, de repos, il sort à Paris avec un pote, avec sa voiture perso. Jusque-là, tout va bien…

Il tombe sur un contrôle de police, jusque-là, tout va bien, ce sont des choses qui arrivent mais vis-à-vis desquelles, nous nous devons de nous soumettre, même si ça nous enquiquine… Ce que fait, bien évidemment, notre collègue.

Test alcoolémique ? Négatif. Test stup’ ? Négatif.

On se dit, c’est bon, c’est dans la poche, tu renfouilles ton permis, tes papiers du véhicule et tu continues ta sortie.

Sauf que, sauf que… Un des policiers se met à fouiller le véhicule du collègue. Ce dernier lui demande calmement s’il a le droit de le faire sans mandat, question due au simple fait que seul un OPJ a le droit de fouiller un véhicule sans mandat. Ce dernier lui demande tout aussi calmement où travaille-t-il ? Il lui répond sans façon :
« à la RATP ». Le flic lui rétorque alors : « Ok, eh ben tu vas voir ce qui va t’arriver, à la RATP ».

Ce dernier rédige un courrier qu’il signe et fait signer par le commissaire divisionnaire du commissariat et l’envoie au département Bus.

Que stipule ce courrier ? Qu’il y a eu altercation avec le collègue, que ce dernier a proféré des injures en direction des forces de l’ordre et a donc porté atteinte à l’image de l’entreprise. Guy n’était même pas en tenue puisqu’il était en repos !

Pour la direction du département, c’est proprement inacceptable !

Ordre donc est donné à la DUO de le suspendre de son service (mesure conservatoire), comme si c’était un danger pour les voyageurs et les usagers de la route, et lancement d’une procédure disciplinaire d’urgence à son encontre.

Mais, quand bien même tout ce dont est accusé Guy est faux, cette histoire révèle quelque chose : quand avons-nous une vie privée ? Jamais !?

Militants CGT habitués aux abus de la direction, qu’elle soit départementale ou d’unité, nous savons qu’à partir du moment où un collègue est relevé de son service avec courrier recommandé pour informer de la date d’une convocation, en urgence, pour un entretien préalable et contradictoire, c’est systématiquement pour l’envoyer au Conseil de Discipline derrière. Or, à chaque fois qu’un MR [machiniste-receveur : conducteur de bus, NDLR] a été relevé de son service dans l’attente de sa comparution au CD [conseil de discipline], et avec une procédure d’urgence, c’est systématique : c’est la lourde.

Depuis le temps que la CGT vous appelle à entrer en lutte pour défendre vos conditions de travail, vos repos, votre statut, empêcher la privatisation prochaine du département Bus, à l’image des cheminots qui le font depuis deux longs mois, cette fois-ci, c’est pour tenter de sauver notre collègue de la révocation.
Un collègue qui ne mérite pas ce sort jeté sur lui par un policier trop zélé !

Tous solidaires, Tous en grève le 5 juin, pour tenter de sauver Guy et montrer votre colère !!!

Courrier reçu par Guy :

Le récit ci-dessus et le courrier reçu par Guy révèlent à eux seuls le climat délétère qui règne à la RATP, où de plus en plus d’agents sont en proie à la répression patronale pour des motifs chaque fois plus absurdes, ici une question posée lors d’un contrôle de police hors du temps de travail de Guy. Au même moment, Alexis Louvet, conducteur de bus du dépôt de Pleyel et militant CGT reconnu à la RATP, passe en conseil de discipline le 8 juin et risque également la révocation.

Cette répression accrue s’inscrit dans le contexte de l’entrée en vigueur en septembre 2017 de la loi Roux-Savary sur « la sécurité et la fraude dans les transports », qui au prétexte de la lutte contre le terrorisme, donne à la RATP une liberté accrue pour réprimer ses agents, avec la complicité des services de l’Etat.




Mots-clés

RATP   /    Répression   /    Notre classe