^

Genres et Sexualités

Nouveau gouvernement

Darmanin. « Manif pour tous », « théorie du genre » et interdiction du voile au gouvernement

Parmi les ministres nouvellement nommés par Edouard Philippe, l'un d'eux a déjà été démasqué pour ces tweets opposés au mariage pour tous. Mais le palmarès de Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics va un peu plus loin que quelques tweets.

Crédits photo : AFP

Homophobie...

De nombreux média ont déjà ressorti des placards les tweets du nouveau ministre s’opposant au mariage pour tous, notamment le suivant :

Gérald Darmanin n’a jamais caché son hostilité envers les droits des LGBT, affichant sans état d’âme son soutien à la Manif pour tous :

En 2014, alors porte-parole de la campagne de Sarkozy, il n’hésitait d’ailleurs pas à revendiquer l’abrogation de la loi sur le mariage pour tous...


Darmanin chez Bourdin : "La loi Taubira sera... par BFMTV

...ce qu’il ne pourra faire oublier par son retournement de veste soudain, une fois nommé ministre :

Un affichage anti-mariage pour tous qui rend on ne peut plus douteuse la position du président de la République Emmanuel Macron qui avait déclaré vouloir que « chacun puisse aimer librement ». Rien d’étonnant quand on se rappelle que celui-ci avait affirmé que le président Hollande avait « ignoré » voire même « humilié » la Manif pour tous. De là à donner une place toute chaude à ses soutiens au Conseil des Ministres, il n’y a qu’un pas.

Et valeurs réactionnaires en tout genre

Mais Gérald Darmanin ne s’est pas arrêté à quelques tweets contre le mariage pour tous. Comme bien souvent, l’homophobie fait bon ménage avec d’autres convictions réactionnaires. Le tweet suivant du nouveau Ministre en est d’ailleurs révélateur :

Reprenant les thématiques préférées de l’extrême-droite (notamment cette fameuse « théorie du genre » qui d’après eux aurait pour but de détourner les enfants de la sacro-sainte hétérosexualité), le nouveau Ministre n’hésitait alors pas à citer le Pape en modèle. Drôle de « laïcité républicaine »...surtout lorsqu’on sait que l’individu a par ailleurs interpellé la Ministre des sports Valérie Fourneyron en 2012 pour lui demander d’ « interdire le port du voile sur les terrains de football de notre pays ».

Mais pour comprendre mieux le personnage, il faut sans doute revenir aux campagnes électorales qu’il a soutenues. Et si les médias le présentent aujourd’hui comme un « petit » de Sarkozy (dont il a été le porte-parole), c’est sans doute pour faire oublier qu’il a été aussi le soutien d’un homme politique de droite plus que douteux : Christian Vanneste, ancien député-maire de Tourcoing et depuis mis à la porte de l’UMP. Gérald Darmanin fut son directeur de campagne pour les élections législatives de 2007 et les municipales de 2008.

Christian Vanneste s’est fait notamment connaître par ses propos homophobes, ses prises de positions racistes, et sa volonté de rassembler l’UMP et le FN. En 2004, il déclare sur TF1 : « L’homosexualité est un comportement culturel, acquis, de l’ordre du réflexe […], mais comme tous les comportements réflexes plutôt négatifs, on peut parfaitement l’inhiber ou le rééduquer. » En 2005, il récidive dans des interviews à La Voix du Nord et à Nord Éclair : « l’homosexualité est une menace pour la survie de l’humanité […]. Je n’ai pas dit que l’homosexualité était dangereuse. J’ai dit qu’elle était inférieure à l’hétérosexualité. Si on la poussait à l’universel, ce serait dangereux pour l’humanité […]. Pour moi leur comportement est un comportement sectaire. Je critique les comportements, je dis qu’ils sont inférieurs moralement […] ». Des propos publics, que son jeune soutien et directeur de campagne Gérald Darmanin ne pouvait pas ne pas connaître, tout comme il n’a pas pu méconnaître les propos de l’autre député dont il a fait la campagne, David Douillet, qui avait déclaré : « On dit que je suis misogyne. Mais tous les hommes le sont. Sauf les tapettes ! »

Et puisque la politique s’arrête rarement à quelques phrases, Christian Vanneste a exprimé aussi en texte de loi son attachement aux valeurs réactionnaires. En 2006, il dépose une proposition de loi visant à supprimer, au nom de la liberté de la presse, le délit de diffamation envers une personne ou un groupe de personnes en raison de leur orientation sexuelle. Sur un autre sujet tout aussi réactionnaire, il a par ailleurs fait partie des soutiens actifs à la loi revendiquant « le rôle positif de la colonisation ». Il y présente même un sous-amendement visant à valoriser le rôle des colons français « dans les anciens départements français d’Algérie, au Maroc, en Tunisie et en Indochine », demandant à ce que les programmes scolaires lui fassent une place et « accordent à l’histoire et aux sacrifices des combattants de l’armée française issus de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit. ». Une loi et un sous-amendement qui visaient purement et simplement à nier les guerres et les violences imposées par l’Etat français dans ses colonies.

Tout cela bien sûr, sous le regard bienveillant de son poulain désormais adoubé par Edouard Philippe dont le CV en matière de propos réactionnaire n’est guère plus glorieux. Derrière le style bon-chic bon-genre de Macron, le tas d’ordure déborde.




Mots-clés

homophobie   /    sexisme   /    Emmanuel Macron   /    Genres et Sexualités