^

Société

Chasse aux migrants

Expulsion policière de 200 exilés à Paris 8 : le témoignage d’un soutien

Cette nuit, aux alentours de quatre heures du matin, les exilés qui occupaient la fac de Paris 8 depuis quelques mois ont été expulsé par les forces de répression. Un rassemblement de soutien est prévu à 18h devant la Basilique Saint Denis. Soyons y nombreuses et nombreux.

Il est environ quatre heures du matin lorsque quelques militants extérieurs à la fac témoignent avoir été fouillé par des forces de l’ordre stationnées en nombre tout autour de l’université. A ce moment là, plusieurs camions de CRS ont de plus déjà été repérés. Très rapidement, la consigne consistant à se réunir sur la terrasse donnant sur l’entrée du bâtiment A a donc été donnée.

Quatre heures et demie, l’assaut semble avoir été lancé. Les soutiens se dépêchent d’encercler les exilés pour faire tampon et éviter une éventuelle répression violente avant déportation. Les messages d’alertes et d’appels à la presse circulent déjà. Les premiers policiers apparaissent tout à la fois devant nous et derrière nous, ayant emprunté une entrée donnant sur le côté du bâtiment A. Nous voilà très rapidement nassés devant l’entrée dudit bâtiment. Quelques dernières consignes sont données par différents interprètes à haute voix aux exilés.

Vers 4h50 les bruits d’un bélier frappant contre une porte surgissent, leur objectif semble être de vouloir y dégager une sortie à l’intérieur même du bâtiment A pour nous y faire évacuer. C’est ce que nous confirme par mégaphone un policier, nous ordonnant d’y rentrer un par un.

Suite à un refus collectif et quelques sommations, la consigne est donnée de comprimer la nasse et de réprimer. Plusieurs personnes se débattent, refusant d’entrer, crient : la tension monte. Peu de temps après cet épisode, l’un des policiers désigne un par un les exilés qu’il voit devant lui, leur indiquant de bien vouloir rentrer à l’intérieur. C’est ainsi que seront séparés au fur et à mesure et dans le plus grand désarroi exilés et soutiens.

Il semblerait que les exilés aient ensuite été dépêchés dans différents autocars. Parmi les destinations connues, Rancy et Bobigny, mais les points de desserve restent encore à confirmer. Quant aux soutiens nassés devant le bâtiment A, ils ont été relâchés à l’extérieur de la fac après vérifications et relevés des identités aux alentours de 9h.

Si la semaine dernière, l’afflux de soutiens relativement important avait permis de repousser le moment de l’expulsion ; l’instrumentalisation, en outre, d’une hypothétique présence de la galle ayant contaminée quelques exilés et personnels aura sans doute donné à la présidence les prétextes manquants afin de procéder à l’expulsion.

Un rassemblement de soutien est prévu aujourd’hui à 18h devant la basilique de St Denis pour organiser la suite.




Mots-clés

Paris 8   /    expulsion   /    Réfugiés   /    Répression   /    Société