^

Monde

L'acharnement contre la famille Tamimi se poursuit

Ezz Eldain Al Tamimi, 21 ans, abattu à bout portant de 3 balles dans le cou

L'acharnement contre la famille Tamimi se poursuit. Ce mercredi 6 juin, Ezz Eldain Al Tamimi, 21 ans a été abattu par l’armée israélienne dans le village de Nabi Saleh. 3 balles dans le cou tirées à moins de 2 mètres pour avoir lancée une pierre..

Crédit Photo : Active.Stills.org / Ahed Tamimi arrêtée avec sa mère par l’armée israélienne

Le village de Nabi Saleh, va une fois encore porter en terre l’un des membres de la famille Tamimi. Après l’emprisonnement d’Ahed et les arrestations de sa cousine, de sa mère, la défiguration de son cousin, la mort d’un autre de ses cousins, c’est au tour d’Ezz Eldain al Tamimi, cousin d’Ahed d’être mortellement frappé par la répression de l’État colonial israélien.

A 21 ans, il vient d’être abattu de 3 balles tirées à bout portant. 3 balles dans le cou. Pourquoi ? Pour avoir lancé une pierre qui a touché le casque d’un soldat de Tsahal...

Ce mercredi dans le village palestinien, une énième opération de police, les opérations policières étant quotidiennes à Nabi Saleh, avait lieu. Dans ce village qui manifeste hebdomadairement contre l’occupation israélienne, les soldats israéliens ont procédé à des arrestations, contre lesquelles des habitants ont tenté de s’interposer.

Dans un communiqué Tsahal explique que l’un des soldats atteint à la tête par une pierre « a riposté en tirant sur le Palestinien, qui a été blessé puis soigné sur place » mais n’a pas survécu. Le soldat a abattu de sang froid le jeune palestinien de 3 balles tirées à moins de 2 mètres. Ceci est une exécution pure et simple.

Depuis l’affaire Ahed Tamimi, qui avait giflé un soldat ayant tiré une balle en caoutchouc dans la tête de son jeune cousin, l’acharnement contre cette dernière et contre sa famille fait rage. Dans un contexte de déchainement de haine envers Ahed Tamimi, les israéliens les plus extrémistes, à l’image d’Avigdor Liberman, ministre de la Défense, réclamaient la prison à vie pour cette dernière.

Cette fois-ci, pas besoin de procès. Le soldat sioniste « s’est rendu justice » lui même. Pas n’importe quelle justice, la justice coloniale. La justice d’un Etat qui décide de vie et de mort pour tout un peuple dans l’indifférence la plus totale de ses pays alliés comme la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne etc… et avec l’encouragement de son plus fidèle allié, les USA de Donald Trump.

Il avait 21 ans, il gisait dans son sang, les soldats israéliens ont empêché les habitants du village de venir lui porter secours ou de le transporter dans l’ambulance qui était sur place. Ils ont préféré l’emmener dans une jeep de l’armée. Tsahal annoncera sa mort dans la soirée.

Bilal Tamimi a déclaré au journal Middle East Eye que beaucoup d’habitants du village pensent que le meurtre d’Ezz était « intentionnel ». Ils avaient déjà essayé de mettre en détention le jeune homme pour sa participation aux manifestations en l’accusant d’avoir jeté des pierres. « Ils sont venus plusieurs fois chez lui, ils ont appelé sa famille, ils l’ont menacé et lui ont dit : Nous le tuerons comme nous avons tué Ahmed Jarrar » [ Palestinien responsable de la mort d’un colon israélien NDLA] , a déclaré Bilal Tamimi au journal.

« Ils sont venus pour tuer »

Un crime de guerre de plus pour Tsahal qui a abattu une infirmière il y a quelques jours seulement, alors que celle-ci allait secourir un palestinien blessé. Elle levait les bras et était identifiable, mais la justice coloniale ne fait pas la distinction. Elle était jeune tout comme Ezz. Ils ont été abattu de sang froid par une armée qui se croit tout permis dans les territoires occupés.

Que justice soit faite pour Ezz, pour la famille Tamimi et pour le peuple Palestinien !




Mots-clés

#FREEAHED   /    colonisation   /    Israël   /    Palestine   /    Monde