^

Culture et Sport

Tué pour tapage nocturne

Federico Aldrovandi, 18 ans, assassiné par la police. Le bel hommage des ultras italiens

Federico Aldrovandi était un étudiant Italien âgé de 18 ans. Dans la nuit du 24 au 25 décembre 2005, ce dernier succombe à un arrêt cardiaque après avoir été roué de coups par la police. Depuis décembre, des drapeaux représentant son visage fleurissent dans les stades aux quatre coins de l’Italie.

Nous relayons ce post Facebook de Sébastien Louis, spécialiste du mouvement ultra dans le football, qui revient sur ce bel hommage des ultras italiens, en réponse aux violences policières à répétition dans les quartiers populaires comme dans les stades.

« Cela fait de nombreuses années que l’effigie d’un jeune homme, grave et sérieux, apparaît dans les virages italiens. Mais, depuis un mois, son portrait est affiché par la quasi-totalité des groupes ultras. Qui est-il ?

Federico Aldrovandi fut interpellé pour tapage nocturne dans la nuit du 24 au 25 septembre 2005 à Ferrare, par une patrouille. Les deux policiers, rapidement rejoint par deux autres collègues, vont violemment prendre à partie l’adolescent, qui meurt d’un arrêt cardiaque (la violence des coups est démontrée par le fait que deux matraques des policiers se brisent lors de ce passage à tabac).

Les quatre policiers seront condamnés pour "usage excessif de leurs armes", à trois ans et six mois de prison. Mais les peines seront réduites en appel (à six mois) et trois des quatre agents condamnés reprendront leur fonction de policier et ils seront même longuement applaudis par leurs collègues lors d’un congrès d’un syndicat policier.

Lors de Roma-SPAL le 1er décembre 2017, les agents interdisent aux ultras de Ferrare d’exposer le drapeau avec l’effigie de Federico car selon eux c’est un "comportement provocateur envers les forces de l’ordre" et infligent des amendes aux contrevenants. En réponse depuis, nombre de virages exposent le visage de la jeune victime. Dans mon livre, je reviens sur d’autres épisodes de violence des forces de l’ordre qui ne font que contribuer à creuser le fossé entre la population et les policiers. »

Photo de l’amende de 167€, pour infraction au règlement de la préfecture de police de Turin, envers un supporter qui a emmené plusieurs photocopies reprenant le portrait de Federico Aldrovandi lors de Torino-Napoli.

Les violences policières sont les mêmes dans tous les pays, des quartiers populaires français en passant par les rues de Buenos Aires, l’Italie ou l’Iran !

Sébastien Louis est l’auteur de l’ouvrage Ultras, les autres protagonistes du football, qui vient de paraître.




Mots-clés

impunité policière   /    football   /    Italie   /    Violences policières   /    Culture et Sport