^

Culture et Sport

Exit Canal, MediaPro rafle la mise

Foot-Business. Pour la première fois, les droits TV de la Ligue 1 dépassent le milliard d’euros

Ce 29 mai, la Ligue de Football Professionnel a tenu une conférence de presse concernant les droits TV de la Ligue 1 pour la période 2020-2024. Exit Canal +, le diffuseur n'obtient aucun lot, vendu pour près de 1,2 milliards d'euros par an à BeinSport et MediaPro.

Pour la première fois, les droits TV du championnat de France de football ont dépassé le milliard d’euros, 1,153 pour être précis, et ce alors que deux « lots » mineurs n’ont pas encore été attribués. Énorme surprise, le diffuseur historique Canal + n’obtient aucun de ces fameux lots pour la période 2020-2024.

Le grand vainqueur de cette bataille de la surenchère n’est pourtant pas BeinSport, mais un outsider inattendu : MediaPro. Seuls les lots 5 (Trophée des champions, les multiplex des 19e, 37e et 38e journées ainsi que les barrages de L1), et 7 (magazines du lundi et du jeudi) n’ont pas été distribués. Et pour cause, le « prix de réserve » n’a tout simplement pas été atteint. Dès lors, c’est l’intégralité du fonctionnement de la Ligue 1 qui se retrouve chamboulé.

Crédits : L’Equipe

MediaPro, entreprise d’origine Catalane dont les actionnaires majoritaires à 51%, sont aujourd’hui chinois, rafle donc le gros de la mise. Détenteur des droits TV, de la Liga Espagnole entre autres, MediaPro devrait lancer une nouvelle chaine pour diffuser la Ligue 1. Et lorsque l’on dépose près d’un milliard d’euros – ce qui constitue une hausse de 60% par rapport aux droits précédents – il est clair que cela permet d’imposer ses conditions quant aux horaires de diffusion des matchs.

Cette année par exemple, le Clasico entre Barcelone et le Réal Madrid avait été programmé à 15h afin de pouvoir « coller » aux meilleures audiences possibles en Chine. Le nouveau découpage de la Ligue 1 semble aller dans ce sens lui aussi. Loin de prendre en compte les conditions climatiques - il est clair que la programmation d’un match dans le Sud à 13h en plein été, ou un match à 21h en plein hiver dans le Nord est loin d’être idéale – et loin de favoriser les horaires permettant aux supporters de s’y rendre, le nouveau découpage des matchs de la Ligue 1 vise explicitement à conquérir le marché asiatique, et ainsi à réaliser un retour sur investissement très lucratif.

Bien-sûr, tous les éditorialistes spécialistes du football, présidents de club et autres pontes de la Ligue de Football Professionnel ne cessent de saluer la nouvelle dimension financière dans laquelle entre le football français. Soulignant bien-sûr le rôle du Paris Saint Germain et ses stars, notamment Neymar, dans cette envolée des prix. Pourtant, cette nouvelle « avancée » se fait avant tout contre le football populaire. Non seulement les prix des abonnements pour suivre son équipe favorite vont exploser, mais la hausse du prix des places dans les stades et les mesures restrictives seront aussi exponentielles. En d’autres termes, l’entrée dans une nouvelle ère du football se fait au prix de la gentrification des stades, de l’exclusion des classes populaires et au détriment du football amateur.




Mots-clés

football   /    Culture et Sport