^

Monde

Palestine

Israël assassine un adolescent de la famille Tamimi

Il s’agit du premier assassinat de l’année commis par l’Etat d’Israël en Palestine. Le jeune avait 17 ans.

Musab Firas al-Tamimi a été assassiné par un tir de l’armée contre les habitants du village de Deir Nitham, au nord de Ramallah, en Cisjordanie. D’après le ministère de la santé palestinien, le jeune de 17 ans a reçu une balle dans le cou et est mort quelques minutes après son arrivée à l’hôpital.

La version de l’armée israélienne, c’est que l’adolescent « semblait porter une arme » au moment où ils lui ont tiré dessus, et qu’ils enquêteront sur le déroulement des faits. La réalité, c’est que lorsque l’armée a occupé le village de Musab au matin, tous les jeunes sont sortis pour les affronter avec leurs corps, des cris et des pierres.

La chaîne télévisée Al Jazeera a confirmé que Musab était de la famille Tamimi, connue dans le monde entier pour son activisme contre l’occupation de l’Etat d’Israël. Ces dernières semaines notamment, l’emprisonnement d’Ahed Tamini le 19 décembre, pour avoir giflé un militaire, a connu un écho retentissant.

Deir Nitham est le village où vivait Musab, non loin de Nabi Saleh, où vivent et sont persécutés la majorité des membres de la famille Tamimi. Dans ces deux villages, le harcèlement et l’occupation des forces armées n’ont cessé de croître depuis fin décembre.

L’armée pénètre dans les foyers en pleine nuit et fiche les familles quelles qu’elles soient, lance des grenades lacrymogènes, réveille les habitants avec des sirènes… Ce harcèlement s’est accru depuis la viralisation sur les réseaux sociaux de la vidéo d’Ahed, sa maman et sa cousine rejetant deux militaires hors de chez elles, à coups de pieds et de cris, après que l’armée ait tiré sur un autre adolescent de leur famille.

Des familles comme celle des Tamimi font partie de cette avant-garde de milliers de palestiniens qui luttent contre l’occupation des terres d’Israël et pour l’expulsion de l’armée, et que le gouvernement sioniste a pour habitude de persécuter, emprisonner, criminaliser ou assassiner.

C’est cette même politique impérialiste qu’a poursuivi Israël depuis des décennies, pour écraser ceux qui luttent, démoraliser la population palestinienne et imposer le pouvoir politique d’Israël dans la région et dans le monde.

Musab n’est pas le seul à avoir été assassiné. La plupart des manifestations appelées chaque semaine, les « vendredi de la colère », finissent par la répression de l’armée. Malgré cela, elles se poursuivent, pacifiques et sans armes, et ont servi à poursuivre la résistance contre l’occupation militaire. Mais il est nécessaire qu’une solidarité active du monde entier parvienne en terre palestinienne contre l’Etat d’Israël, qui ne cessera pas son génocide avant que ne surgisse un mouvement contre l’occupation sioniste à échelle internationale.

Ecrit à partir d’informations d’Al Jazeera
Traduit de La Izquierda Diario par Flora Carpentier




Mots-clés

#FREEAHED   /    Israël   /    Palestine   /    Monde