^

Politique

Hypocrisie

« Je laisse un pays dans un état bien meilleur que celui que j’ai trouvé », le quinquennat vu par Hollande

Ce lundi, Hollande a laissé sa place à l’Elysée au nouveau président Macron. Après avoir quitté son palais présidentiel, le président, qui a atteint au cours de son quinquennat la côte de popularité la plus basse de la Vème république, s’est rendu au siège du parti socialiste pour revendiquer son mandat « Je laisse un pays dans un état bien meilleur que celui que j’ai trouvé » a-t-il fanfaronné. Pourtant, Hollande aura du mal à convaincre, au delà de lui même et de son entourage, d’un tel bilan.

Hollande a passé le flambeau à son successeur, Emmanuel Macron. De quoi hérite le nouveau président ? Pour l’ex-président qui arrivait en 2012 après Sarkozy il « laisse un pays, la France, dans un état bien meilleur que celui qu’ (il) a trouvé ». Pour planter le décor général des conditions dans lesquelles il a gouverné, selon lui, ce dernier explique :« J’ai exercé pendant cinq ans la présidence de la République dans des épreuves terribles qui ont saisi notre pays de stupeur (…) Nous avons vécu des crises et là encore nous avons tenu bon. La France est restée la France. »

Hollande aurait fait « au mieux » dans un contexte extrêmement difficile marqué par une suite d’attentats depuis 2015. On devrait donc le remercier de s’être transformé en un chef d’État martial, lançant des interventions armées sur deux continents. Il aura donc savamment évité ce lundi 15 mai de revendiquer son bilan qui se résume à une guerre par an. Ses deux grandes fiertés ? Le mariage pour tous et un accord « historique » sur le climat. « Même ça », a-t-on envie de dire a été fait à moitié : un mariage pour tous sans la PMA, un accord « historique » resté sans suites. Et qu’en est-il du reste ? A quoi dit-on réellement « au revoir » ? Enfin, un « au revoir » qui n’en n’est pas vraiment un, laissant la place à un gouvernement Macron qui compte s’inscrire dans les pas de son prédécesseur. Au revoir Hollande, Bonjour Macron.

Au revoir au président qui a sauvé les patrons au détriment des salariés

Il y a quelques mois, un sondage révélait que 66 % des salariés français estiment que les conditions de travail se sont dégradées avec les mesures prises durant ce quinquennat. Parmi eux, 26 % estiment même qu’elles se seraient « très dégradées ». Il ne suffit pas de regarder les politiques menées ces cinq dernières années – mais il faut bien remontrer à des décennies en arrière – pour expliquer que le chômage n’a en réalité fait qu’augmenter. Hollande n’a en rien endigué ce chômage. Quels ont été les plans des gouvernements successifs de 2012 à 2017 ? Des plans qui favorisent les patrons, comme le Crédit d’Impôt pour la compétitivité et l’emploi. Ainsi, les allègements du coût du travail associés au CICE ont représenté près de 25 milliards d’euros en 2015 soit pour un employeur une économie pouvant aller jusqu’à 650 euros par Smic et par trimestre. En attendant, les travailleurs, les « sans-dents » comme aime à les appeler le président, devaient eux se serrer la ceinture (et aimer ça).

Au revoir au président qui voulait donner la « priorité à la jeunesse »

Ceux à qui Hollande a particulièrement tenu à faire des promesses en l’air ? Les jeunes. Il a d’ailleurs osé déclarer ce lundi qu’il n’avait cessé pendant cinq ans « de donner la priorité à la jeunesse », vers laquelle « il faut toujours se tourner ». Un conseiller ministériel déclarait en 2016 au journal Le Monde : « Le gouvernement a quand même fait beaucoup en faveur de la vie étudiante, 135 000 bourses supplémentaires et 500 millions d’euros. Ce n’est pas rien ». Des bourses, certe,s mais comment penser qu’une telle mesure répond et tend à mettre un terme à la précarité qui touche de plein fouet la jeunesse ? Peut être avec une autre carotte comme par exemple celle de la surtaxe des CDD qui servirait à favoriser l’accès au CDI. Mais comment ne pas rire jaune quand, dans le même temps, Hollande décide de faire passer la loi El Khomri qui est une casse du code du travail sans précédents. La jeunesse devrait donc le remercier d’avoir fait passer la loi El Khomri pour imposer aux jeunes de devenir une main d’œuvre à la merci des patrons ; et cela à coups de matraques.

Au revoir au président qui a fait de la France une puissance mondiale de la guerre et de l’armement

La répression, les armes, la force, déclarer la guerre, Hollande en sera devenu un véritable champion. En janvier 2013, c’était l’intervention au Mali et en décembre de la même année, celle en République centrafricaine. Entre temps, il préparait ses armées à bombarder la Syrie, ce qu’elles continuent à faire aux côtés du pourtant honni Bachar El Assad. Pour répondre aux attentats perpétrés sur le territoire français, cette logique guerrière s’est intensifiée. Et pendant que la précarité, la pauvreté touchent une partie de la population de façon toujours plus conséquente, Hollande a augmenté les dépenses militaires, les achats de rafales, de sous-marins, d’engins en tout genre. Il est sûr que le France est restée dans le top 5 des vendeurs d’armes. Merci Hollande.

Au revoir au président qui a militarisé la France

Sans Hollande il n’y aurait pas l’armée à chaque coin de rue, les manifestations ne seraient pas quadrillées et réprimées systématiquement. Il n’y aurait pas non plus des interdictions de manifester distribuées à la pelle. Et puis, non content d’envoyer les forces de l’ordre réprimer, gazer, frapper, des milliers de travailleurs, de jeunes, qui se battent pour un avenir moins sombre, en lutte contre la loi travail pendant des mois l’année dernière, Hollande a jugé bon de donner plus d’armes, plus de protection, d’assouplir le principe de légitime défense en réponse à des manifestations de policiers les plus réactionnaires. Certains manifestants sont écoutés. Un « assouplissement » qui renforce l’impunité dans laquelle baigne ces mêmes policiers qui chaque jour s’en prennent à des jeunes des quartiers populaires. En l’espace à peine d’un an, c’est à un déchaînement de violences policières que l’on a assisté : pour ne citer que le meurtre d’Adama et le viol de Théo.. « La France est dans un état bien meilleur », vraiment ?

Au revoir au président qui a fait passer la loi El Khomri… Et bienvenue à la loi Macron 2

L’apothéose du gouvernement Hollande, sans éclipser le reste, aura quand même été la loi El Khomri. Hollande nous avait promis du changement pour le coup. C’est un bon coup d’accélérateur qu’il a donné à la fin de son mandat. Après la loi Macron, la loi Travail a été plusieurs degrés franchis d’un coup dans sa marche volontaire vers des rapports de travail « modernisés ». Fini le code du travail trop complexe et ringard, fini le repos du dimanche, les horaires stables et réguliers, les CDD, les protections pour les salariés, les droits sociaux acquis par les luttes des dernières décennies, et puis, quitte à y aller, fini la santé, l’avenir des jeunes, la vieillesse.. Alors oui d’une certaine manière Hollande a tendu à faire de la France un pays « meilleur » où il faudrait qu’il fasse très bon vivre pour les patrons et les plus riches. Les autres, par contre, c’est autre chose… Et peut être que ce n’est pas la France d’ailleurs, pas celle dont se préoccupe Hollande ni les autres gouvernements avant lui : les jeunes et les travailleurs précaires, les ouvriers, les immigrés, les sans-papiers, les chômeurs, les SDF… Ce que laisse Hollande derrière lui en réalité ? Une colère sociale qui gronde et qui, disant au revoir à Hollande, ne sert pas la main à la nouvelle recrue. Une nouvelle recrue, Macron, qui promet des attaques, des politiques, dans la lignée de celles menées par Hollande. Et même pire avec pour commencer une loi travail puissance 10. Et pour ça Macron peut réellement dire merci à Hollande pour les policiers armés jusqu’au dent, l’état d’urgence, les syndicalistes et les militants mis en prison, les yeux crevés au flashball et l’ensemble des lois, des disccours avec l’aide des médias dominants, qui ont travaillé au développement des idées réactionnaires. Macron en sera certainement le digne successeur et l’accueil que nous saurons lui préparer sera à la hauteur de ses attaques !




Mots-clés

François Hollande   /    PS   /    Politique