^

Monde

Et pendant ce temps…

L’État israélien assassine le peuple palestinien

Troisième vendredi de mobilisation d’affilé des Gazaouis pour exiger le retour des exilés palestiniens et l’arrêt de la colonisation israélienne. Sans surprise l’armée israélienne a une fois de plus ouvert le feu. 1 mort et plus de 120 blessés.

Crédits photo : AA / Gaza

Alors que depuis jeudi le Conseil exécutif de l’Unesco se congratule après avoir décidé par consensus de repousser à sa prochaine session, en octobre, deux points concernant « les territoires arabes occupés » et « la Palestine occupée », les palestiniens de la bande de Gaza continuent à braver l’armée israélienne le long de la barrière de séparation et à se faire abattre dans l’indifférence la plus totale.
Pour ce troisième épisode sanglant de la grande marche du retour, les milliers de manifestants qui se sont rassemblés dans différents endroits le long de la barrière de « sécurité » étaient appelés à brûler des drapeaux israéliens et à hisser celui de la Palestine.
Comme vendredi dernier et celui d’avant, des pneus ont été incendiés pour essayer d’empêcher les snipers d’ajuster leurs tires, mais comme vendredi dernier et celui d’avant, Tsahal a répliqué en tirant à balles réelles et a tué.

Tsahal assume une fois encore les tires à balles réelles

Le porte parole de Tsahal a expliqué une fois encore que « l’armée israélienne n’autorisera pas les dommages à la clôture ou à l’infrastructure de sécurité qui protège les citoyens israéliens et agira contre les émeutiers violents et les terroristes impliqués ».
Depuis le début, le gouvernement israélien et l’armée martèlent que la marche du retour est dirigée par le Hamas et que l’organisation envoie des jeunes aux abords de la barrière pour en faire des martyrs.

Le but d’une telle propagande est de discréditer les manifestations, faisant l’amalgame entre les dizaines de milliers de Palestiniens venus revendiquer le droit au retour et l’organisation islamiste qui tente de récupérer la mobilisation dans un territoire qu’il contrôle mais dans lequel il a nettement perdu en crédibilité depuis plusieurs mois.

Le fait ait, que ce vendredi 13 avril 2017, un nouveau Palestinien est mort. Le deuxième cette semaine après que l’aviation israélienne ait bombardé une soi-disante position militaire du Hamas faisant un mort et un blessé grave.

Aucune voix dissonante n’est autorisée dans l’État israélien

Et ils n’y a guère de réaction à l’internationale. L’État israélien est un allié bien trop important dans la région pour envisager de le mettre en porte à faux.
Les seuls organisations qui osent dénoncer les exactions, les crimes de guerres de Tsahal sont considéré comme faisant parti d’une ramification du Hamas, d’être antisémite, ou d’être subversif comme c’est le cas pour l’ONG israélienne B’Tselem, qui lutte pour la défense des droits de l’homme et notamment des Palestiniens,selon The Times of Israël.

En effet, B’Tselem a commencé une campagne depuis une semaine pour inciter les soldats de Tsahal à ne pas exécuter les ordres et ne pas tirer à balles réelles sur les manifestants, mettant en avant l’illégalité d’une telle action. Face à ça, l’extrémiste ministre de la Défense israélienne, Avigdor Liberman, a demandé une enquête au près du procureur général.
Dans un tweet, Liberman exhorte le gouvernement à « enquêter sur les dirigeants de B’Tselem pour incitation à la désobéissance après leur appel aux soldats à refuser les ordres concernant la défense de la frontière ».
Liberman affirme que « Cette organisation subversive et éphémère, ainsi que ceux qui détestent Israël et les médias internationaux qui essaient de délégitimer nos soldats qui agissent d’une manière légale et morale dans une situation compliquée ». Il a ensuite ajouté « Nous allons mettre fin à tout cela. »

Voilà la magnifique démocratie qu’est l’État israélien, on veut museler la presse, enfermer les militant d’ONG de défense des droits de l’Homme, massacrer des manifestants désarmés parce qu’ils sont Palestiniens, enfermer des enfants sans jugement, voler des terres, coloniser des territoires entiers, mettre sous blocus criminel près de 1,7 millions de personne.
Pourtant on peut compter sur la détermination du peuple palestinien, des Gazaouis, pour continuer à braver l’État sioniste, l’État criminel qui a chasser par la force plus 700 000 des leurs il y a maintenant 70 ans.




Mots-clés

colonisation   /    crimes contre l’humanité   /    Israël   /    Palestine   /    Répression   /    Monde