^

Monde

Catalogne

La présidente du Parlement catalan revient sur la déclaration d’Indépendance et paye une caution de 150.000 euros pour sortir de prison

Carme Forcadell, présidente du Parlement de Catalogne, s’est présentée ce jeudi 9 novembre devant la justice espagnole, respectant l’article 155 qui permet son intervention. Alors qu’elle est revenu sur le statut de la Déclaration d’Indépendance, le Tribunal Suprême a ordonné sa détention jusqu’au versement d’une caution de 150.000 euros. Après une nuit à la prison d’Alcalá Meco, elle a été libérée suite au paiement de celle-ci.

La présidente du Parlement catalan, Carme Forcadell, poursuivie pour rébellion, sédition et détournement de fonds publics après la déclaration unilatérale d’indépendance votée le 27 octobre 2017, s’est présentée ce jeudi devant le Tribunal Suprême espagnol, aux côtés de cinq autres membres du parlement catalan. Forcadell a déclaré qu’elle respectait l’article 155 de la Constitution, qui permet l’intervention de l’État central sur l’autonomie de la Catalogne, tout en reconsidérant la Déclaration Unilatérale d’Indépendance (DUI).

La sentence du juge du Tribunal Suprême, Pablo Llanera, contre la présidente du Parlement a été sa détention jusqu’au versement d’une caution de 150.000 euros. C’est chose faite, après avoir passé une nuit en prison du 9 au 10 novembre. Forcadell sera néanmoins soumise à un contrôle judiciaire et a ordre de ne pas quitter le territoire espagnol. Puigdemont et Forcadell ont déjà déposé une requête contre Madrid auprès de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH).

Pour le reste des membres du Conseil parlementaire, Lluís Corominas, Lluís Guinó, Anna Simó et Ramona Barrufet – le procureur a réclamé une peine de prison avec une caution de 50.000 euros –, cependant le juge a rendu sa sentence en ne demandant que le versement d’une caution de 25.000 euros, et leur a donné un délai d’une semaine pour la payer.

S’ils parviennent à réunir cette somme, ils seront interdits de quitter le territoire, leur passeport leur sera retiré et ils auront obligation de comparaître chaque semaine devant le tribunal. Joan Josep Nuet, lui, est libéré provisoirement, sans avoir à payer de caution, comme l’a demandé le procureur.

Bien que ce changement dans les déclarations soit présenté comme un « changement de stratégie » de la défense face à l’offensive de la justice espagnole, le fait est, qu’en reconnaissant l’application de l’article 155 et en rejetant, dans les faits, la Déclaration d’Indépendance, la présidente du Parlement démontre l’impuissance absolue des forces politiques qui avaient mis en avant le processus d’indépendance. Cela est en contradiction avec ce qui s’exprime dans la rue et, bien qu’embryonnaire, dans les Comités de Défense de la République (CDR) qui continuent à se battre pour la défense de la République, pour la liberté des prisonniers politiques et contre l’intervention de l’Etat central.

Dans ce contexte, l’affirmation de Forcadell va à l’encontre des aspirations des milliers de Catalans qui se sont exprimés dans la rue pour la défense d’une république indépendante, puisqu’elle a fait de son côté une concession totale au gouvernement de Rajoy, à la couronne et au régime réactionnaire de 78, en approuvant l’application de l’article 155. Selon des sources présentes durant l’interrogatoire, la Présidente du Parlement catalan et les autres conseillers présents se sont expressément soumis à l’article 155, contre lequel la Generalitat était initialement intervenue. Sur la déclaration unilatérale d’indépendance (DUI), les médias affirment que Forcadell a déclaré que l’acte de déclaration de l’Indépendance le 27 octobre n’était que simplement « symbolique » et « politique », et qu’il n’avait aucun effet pratique. C’est donc bel et bien la suite logique de la trahison du gouvernement catalan qui ne cesse de rétro-pédaler alors même que dans les rues et dans la grève le peuple catalan montre sa détermination




Mots-clés

auto-détermination des peuples   /    Catalogne   /    Etat Espagnol   /    Répression   /    Monde