^

Politique

Avec la convergence et la reconductible en tête

Le Havre. Les étudiants en tête d’un beau cortège

Le 10 octobre était une journée de mobilisation pour le secteur public et pourtant plusieurs travailleurs du privé se sont alliés à cette date pour contester, eux-aussi les réformes et en faire, localement ou par secteur, une date interprofessionnelle. On retrouvait, dans le cortège havrais de mardi, les étudiants qui avaient débrayé dès le matin les lycées Siegfried et François Ier avant de défiler aux côtés des travailleurs.

La journée de mardi a commencé en fanfare avec un barrage filtrant sur le pont 8 près de Gonfreville-L’Orcher, consistant à bloquer le trafic fluvial de marchandises.

Pendant ce temps les jeunes des lycées François Ier, Shumann, Claude Monet et Siegfried bloquaient leurs lycées. Sur François Ier, le lycée central sur la ville, la police et et une partie des profs non grévistes ont débloqué main dans la main les grilles du lycée. Le lycée Robert Schuman a été débloqué également.

Côté université du Havre, les étudiants se sont rassemblés avant de partir au point de rendez-vous du départ de manifestation, devant la maison des syndicats, et de retrouver ainsi les travailleurs des secteurs public comme privé.

C’est alors 5000 manifestants qui ont défilé dans les rues du Havre, jeunesse en tête. Malgré la répression du matin lors des déblocages et de l’interpellation d’un jeune par la police, la jeunesse havraise semblait déterminée à se faire entendre contre les ordonnances Macron. C’est ainsi que la manifestation s’est arrêtée devant le commissariat pour faire sortir le jeune retenu.

Dans les rues du Havre, la convergence était bien là, le 10 octobre, entre les nombreux secteurs privés, public et la jeunesse. Beaucoup de ces manifestants, face au gouvernement Macron sont résolument déterminés à faire front. Le 10 en est une démonstration de plus. Ce qu’il manque et que nombre d’entre nous réclamons, c’est une reconductible, un calendrier qui permette résolument de se mobiliser et de peser dans la balance en appuyant là où ça fait mal pour le camp d’en face.

[Crédit photos : Pascal Colé]




Mots-clés

Loi travail 2   /    Manifestation   /    Grève   /    Le Havre   /    Politique