^

Politique

La détermination est toujours la !

Marseille : 58 000 personnes manifestent pour dire « Stop Macron »

58 000 personnes selon les organisateurs et 6 000 personnes selon la police ont défilé dans les rues de Marseille pour dire « Stop Macron » à ses plans de destruction des services publics ferroviaire, de l’éducation et de la santé.

A Marseille, à l’initiative de l’Union Départementale CGT 13, de nombreux partis de gauche (NPA, PCF, Rouges vifs, FI, PG, Ensemble), des organisations syndicales (FSU, SUD, UNEF) et d’associations (ATTAC, Marche mondiale des femmes, Mouvement de la paix) ont appelé la population à descendre dans la rue ce samedi 14 avril sur le trajet traditionnel entre le Vieux-Port et Castellane. Ce sont 58 000 personnes selon les organisateurs et 6 000 personnes selon la police qui ont répondu à cet appel. Comme toujours à Marseille, les écarts sont importants selon les deux estimations mais celles-ci se situent dans la fourchette haute. La CGT formait une partie importante du cortège avec en particulier les cheminots à l’avant-garde de la lutte contre la réforme ferroviaire. Les autres centrales syndicales, partis politiques et associations à l’origine de l’appel étaient également présentes en masse.

Jean-Luc Mélenchon, député de la circonscription et promoteur d’une initiative en fin de semaine depuis plusieurs semaines, était présent dans le carré de tête. Un autre candidat à l’élection présidentielle, l’ouvrier candidat Philippe Poutou, défilait lui aussi et a reçu un très bon accueil des manifestants.

La grève des cheminots se poursuit, la mobilisation des étudiants s’étend, le principal amphithéâtre de la faculté de lettres d’Aix-en-Provence, l’amphithéâtre Guyon est occupé depuis le 5 avril, le principal bâtiment, le bâtiment 5 de la faculté Saint-Charles est occupé depuis le 13 avril après une journée de blocage total du site et une semaine d’occupation du principal amphithéâtre du site, le Grand Amphi. La convergence entre les étudiants et les ouvriers se réalise pleinement à Marseille. Les dockers CGT du Grand Port Maritime de Marseille et de Fluxel menacent de paralyser le port en solidarité avec les étudiants en cas d’intervention policière sur les campus universitaires d’Aix-Marseille.

Á Marseille comme dans le reste du pays, le gouvernement se voit opposer une résistance déterminée face à ses projets de démantèlement du statut de cheminot, d’ouverture à la concurrence du secteur ferroviaire, prélude à sa privatisation et de mise en place de la sélection sociale à l’Université pour maintenir l’asphyxie financière et l’austérité. Macron va reculer, la mobilisation va l’emporter !




Mots-clés

Marseille   /    Emmanuel Macron   /    Politique