^

Jeunesse

Nouvelle victoire !

Mirail en lutte : Report des conseils et grève reconduite par les personnels

Les étudiants et personnels en lutte du Mirail ont obtenu une nouvelle victoire ce vendredi : le report du conseil d’administration de la COMUE, qui devait voter la fusion. Dans la foulée, les personnels ont reconduit la grève

A Toulouse, l’envahissement des conseils décisionnaires est en passe d’être élu sport national à l’université du Mirail. Jeudi matin, les travailleurs grévistes ont envahi le conseil documentaire où siégeait le président de la fac, Daniel Lacroix, pour lui lire une motion de défiance exigeant sa démission. Dans la même journée, et suite à une assemblée générale massive des étudiants, c’était au tour de la CFVU (Commission Formation et Vie Universitaires, l’un des conseils centraux) d’être reportée.

Ce vendredi devait se tenir en centre-ville, dans les locaux de l’institut national polytechnique (INP, concerné par la fusion), un conseil d’administration de la COMUE (Communauté d’Universités et d’Établissements) sensée entériner le processus de fusion. Mais les étudiants et les travailleurs du Mirail avaient appelé à un rassemblement dès 8h30 pour empêcher sa tenue. Plus d’une centaine de personnes se sont rendues au rendez-vous, envahissant les locaux de l’INP pour bloquer le CA, où se trouvait notamment Daniel Lacroix.

Au son de « Lacroix démission ! » et « La fusion c’est dégueulasse », mais aussi de chansons composées pour l’occasion, le futur ex-président du Mirail s’est vue à nouveau signifier clairement la grogne des grévistes. Il est rapidement sorti de l’amphithéâtre où était censé se dérouler le conseil, bientôt suivi par d’autres élus. La séance a donc du être annulée et sera reportée ultérieurement.

Les personnels enseignants et administratifs en lutte sont ensuite repartis au Mirail pour se réunir en assemblée générale. Ils étaient environ 200, et ont voté la reconduction de la grève à l’unanimité. La question du maintien ou non des examens pour les étudiants a été au cœur de leurs discussions, puisqu’il s’agit d’un moyen de pression pour l’arrêt de la grève, autant sur les étudiants que sur les personnels administratifs. Aucune décision n’a encore été prise, mais face à ce problème, c’est l’assurance d’une solidarité entre les différents secteurs qui a été mise en avant.

Les étudiants, eux, ont empêché dans la même matinée la tenue d’un conseil d’UFR (Unité de Formation et de Recherche) qui devait entre autres déterminer les contingents pour la sélection en première année de licence.

Ces rassemblements pour empêcher les conseils de se tenir sont la matérialisation de la grève votée à l’immense majorité tant par les personnels que les étudiants. Cette grève active doit empêcher l’université de fonctionner « normalement » jusqu’au retrait du projet de fusion et la démission de Daniel Lacroix. Mais il s’agit également d’un moyen de gagner du temps, en faisant reculer les votes qui doivent entériner le processus de la fusion des universités mais aussi l’application du plan étudiants imposé par le gouvernement Macron.




Mots-clés

Fusion des universités   /    Sélection à l’université   /    Mirail   /    Toulouse   /    Université   /    Jeunesse