^

Notre classe

"Nous ne nous résignons pas. Nous menons la bataille"

Les Ford au Mondial de l’auto : Philippe Poutou appelle à un rassemblement contre la fermeture de son usine

Les ouvriers de Ford-Blanquefort en lutte contre la fermeture de leur usine et la suppression de centaines d'emplois, seront présents demain, vendredi 12 octobre, au Mondial de l'Auto à Versailles pour un rassemblement puis une conférence de presse. Nous relayons ci-dessous le post facebook de Philippe Poutou, ouvrier à Ford Blanquefort et ex-candidat à la Présidentielle pour le NPA.

Source

Bonjour tout le monde,

Une trentaine de salarié.e.s de l’usine Ford de Blanquefort installeront demain, vendredi 12 octobre, un stand "Ford" devant les portes du Mondial de l’Auto, porte de Versailles. La multinationale est absente du Salon mais nous, on y sera !

Pas pour vendre des véhicules mais juste pour défendre notre usine et nos emplois, à savoir les 850 directs et les près de 3000 induits dans la région bordelaise. Pour dénoncer un projet de fermeture injustifiable, tant il y a de profits et tant il y a eu d’argent public distribué du côté de la multinationale Ford.

Nous serons présents pour dire aussi que s’il y a des véhicules neufs et brillants, s’il y a des profit et des dividendes, c’est parce qu’il y a des salarié.e.s qui produisent, qui sont exploités jusqu’au moment où ils sont viré.e.s, licencié.e.s sans que personne ne condamne vraiment ni ne s’y oppose.

Ce qui nous arrive est scandaleux. C’est ce qui arrive chez Ford, arrive aussi du côté de GMS à La Souterraine ou pourrait arriver du côté de Bosch à Rodez, de Delphi en Charente, des Fonderies du Poitou, de Valeo à Amiens ou bien c’est déjà arrivé du côté de Goodyear à Amiens, de Metal Temple à Fumel. Il y a trop de licenciements, trop de fermetures d’usine, trop de chômage, de galères.

Nous serons devant le Mondial de l’Auto pour dénoncer ces politiques patronales qui restructurent, qui suppriment des milliers d’emplois au nom de toujours plus de rentabilité, de profits.

Nous ne nous résignons pas à la fermeture, à être licenciés. Nous menons la bataille pour sauver nos emplois. Nous sommes convaincus qu’il faut le faire ensemble, très largement, avec tous les salariés concerné.e.s et aussi avec les habitants des environs, avec la population, car tout le monde est concerné de près ou de loin.
Le sort d’une usine, ce n’est pas seulement l’affaire des ouvriers menacés directement, c’est aussi l’affaire des gens qui vivent autour, des salariés du privé comme du public, des jeunes, des retraités, de tout le monde.

Nous tiendrons notre "stand Ford" ce vendredi 12 octobre, entre 11h et 16h et nous organiserons une conférence de presse à 13 heures, devant notre stand, avec des délégations de salariés menacés aussi de licenciements.
Cela se passera normalement devant les portes du Mondial, porte de Versailles, si nous sommes "autorisés" à faire notre manifestation, ce qui n’est pas gagné alors que nous avons fait notre déclaration de rassemblement il y a plusieurs jours.
Ce serait un comble d’autoriser Ford à liquider une usine à Bordeaux et en même temps d’empêcher les salariés d’exprimer leur volonté de sauver cette usine.

Le syndicat Cgt-Ford.




Mots-clés

Ford   /    Philippe Poutou   /    Automobile   /    Notre classe