^

Jeunesse

Contre le « plan étudiant »

Montpellier. Un début de mobilisation prometteur contre la sélection

A Montpellier le mot d’ordre était le retrait du Plan étudiant. Après une AG et un débrayage des différents amphis de l’Université Montpellier 3, une manifestation a eu lieu et s’est rendue devant le rectorat pour exprimer le refus face à cette nouvelle attaque du gouvernement.

150 personnes ont participé à l’Assemblée Générale de Montpellier contre le Plan Etudiant (ou plan Vidal) qui avait lieu dans le cadre de la mobilisation nationale du 1 er février.

Quelques lycén.ne.s, des étudiant.e.s, des personnels de l’université, des Enseignant.e.s, ou des personnes mobilisées ont composé cette AG, avec différentes organisations qui ont répondu à cet appel, dont SudEducation, Solidaires étudiant.e.s, le CEI, l’ UNEF, les Jeunes Communistes, les jeunes insoumis.es, la CGT, le NPA jeune, Sud Lycéen.ne.s, SNESUP FSU.

Une présentation du Plan Vidal et un retour historique sur les différentes attaques consécutives et dégradantes des gouvernements sur les Universités en France depuis 1968 ont introduit l’AG.

A l’unanimité, le retrait sans négociation pour ce plan a été choisi comme mot d’ordre à tenir pour la poursuite du mouvement. Un comité de mobilisation a été mis en place et une prochaine AG est déjà fixée pour le 6 Février, journée qui répond à une journée nationale de mobilisation.

Une manifestation a fait suite à l’AG, 200 personnes aux cris de « retrait de la loi Vidal », « la sélection, c’est dégueulasse ! », « Facs ouvertes aux enfants d’ouvriers »,etc.. ont rejoint le rendez-vous syndical devant le rectorat de Montpellier. Quelques fourgons de la Police Nationale ont encerclé le cortège dynamique et déterminé dés le départ de l’Université jusqu’au rassemblement,

Diverses tentatives de mobilisation avaient eu lieu contre la sélection ces derniers temps sans qu’aucune mobilisation d’ampleur n’émerge. Avec ce début de mobilisation encourageant, la perspective d’une mobilisation du mouvement universitaire et lycéen montpellierain n’est clairement pas à exclure.

Aujourd’hui la participation des enseignant.e.s, personnels, lycéen.ne.s et étudiant.e.s à une même AG, la motivation à construire une mobilisation unie , l’urgence à se mobiliser massivement face à cette énième attaque du gouvernement ainsi que les différents exemples de mobilisations à l’échelle nationale est un constat qui donne de l’espoir pour les prochaines échéances et la poursuite de la lutte.




Mots-clés

Sélection à l’université   /    Montpellier   /    Emmanuel Macron   /    Jeunesse