^

Société

L’alchimie de Nestlé et l’or transparent

Nestlé et son business criminel de l’eau et du lait en poudre

Le directeur général de Nestlé, Peter Brabeck-Letmathe, a déclaré que « L’eau est une denrée alimentaire comme les autres et doit avoir une valeur marchande ». Quant à la nourriture bio, il a affirmé que les OGM étaient meilleurs car ils ne rendaient pas malade. Une conception logique du point de vue capitaliste, mais derrière cette déclaration se cache un business monumental et la mort de milliers d’enfants africains…

Dans une société où tout peut avoir une valeur marchande, où la majorité des terres ont été privatisées et où selon le protocole de Kyoto, les entreprises des pays industrialisés achètent les droits d’émissions de CO2 aux entreprises qui rejettent moins de CO2 dans l’atmosphère, Nestlé fait le pari que dans les prochaines années, la ressource qui peut assurer la croissance de l’entreprise serait « l’eau ». De cette façon Nestlé a trouvé la meilleure façon de produire de « l’or transparent », aidé par des compagnies comme Monsanto et Maïzadour qui, avec leurs pesticides, polluent de plus en plus la nappe phréatique, ne laissant pas d’autre choix aux populations que d’acheter de l’eau en bouteille ou de mourir intoxiqué.

Nestlé est la plus grosse firme de l’agroalimentaire au monde, ses produits vont du café aux pizzas surgelées en passant par des glaces. Nestlé se trouve aussi être le plus gros vendeur de lait en poudre pour les nourrissons, dont il détient à lui seul 40% du marché. Il est aussi le leader du marché de l’eau minérale, avec un chiffre d’affaire qui dépasse les 80 milliards d’euros, une aubaine dans un monde où 900 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau potable. Au Pakistan par exemple, il y quelques années l’eau était gratuite, à l’heure actuelle on ne sert que de l’eau Pure Life, une nouvelle gamme de Nestlé. Dans les bidonvilles, les sources d’eau s’épuisent et leur insalubrité grandit de jour en jour : désormais si on veut boire de l’eau, il faut acheter du Pure Life en bouteille.

Du lait en poudre Nestlé à mélanger avec de l’eau minérale Nestlé pour les nourrissons africains

Dans le monde,un million et demi de nouveau-nés meurent chaque année à cause du lait en poudre. C’est le chiffre alarmant que fournit l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et l’UNICEF, deux organes de l’ONU, qui dénoncent l’utilisation des substituts au lait maternel. Le chiffre d’affaires du secteur pèse 1,3 milliards pour la firme, rien de négligeable. Une étude britannique a démontré qu’au Burkina Faso et au Togo, on estime que15% des centres de santé reçoivent du matériel promotionnel et du lait en poudre gratuitement, un vrai cadeau empoisonné. En Afrique, des publicités incitent les mères à suivre les modes de vie occidentale, et tout ce qui vient d’occident a un grand prestige auprès des populations d’Afrique subsaharienne.

Jusque là pas de souci, tout le monde est d’accord sur le fait qu’une mère peut allaiter ou donner le biberon à son enfant : des études scientifiques ont démontré qu’il n’y a aucune différence intellectuelle entre un enfant allaité et un enfant qui a été nourri au biberon. Sauf qu’en Afrique, les conditions matérielles et économiques de la population ne sont pas les mêmes qu’en Europe. Alors les populations les plus démunies, diluent trop la poudre pour faire des économies, ce qui provoque une malnutrition qui laisse le nourrisson à la merci de maladies infectieuses. Pire encore, dans un monde où 900 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau potable, les familles diluent le lait en poudre avec l’eau des rivières contaminées, provocant des énormes diarrhées qui conduisent l’enfant à la dénutrition, puis à la mort.

M. Peter Brabeck-Letmathe se vente de protéger les populations car le bio est plus dangereux que les OGM, un loup déguisé en mouton ! Alors que ses amis des industries minières et de l’agro ne font que déverser leurs déchets dans les rivières africaines tuant ainsi petit à petit la population. Il ne comprend pas pourquoi les familles africaines boivent de l’eau des rivières au lieu d’acheter de l’eau Nestlé !

Peter Brabeck, avec sa rhétorique lobbyiste, ne fait qu’avancer des pions dans le but de privatiser toutes les ressources naturelles et pouvoir ainsi les commercialiser. Dans l’état de Maine aux Etats-Unis, aux pieds du mont Washington, où la loi autorise à puiser l’eau sans limite, Nestlé a construit la plus grande usine d’embouteillage du monde et commercialise à prix d’or la même eau qui coule dans le robinet. Cet exemple démontre bien que la recherche du profit menée par les grands groupes industriels n’amène qu’à détruire l’environnement et à bafouer les droits des populations locales, en monopolisant les ressources pour les forcer à acheter des produits qui devraient leur revenir de plein droit, et gratuitement.




Mots-clés

#AssezDeViesBroyées   /    Société