^

Notre classe

Communiqué du NPA

Non au licenciement de Gaël Quirante. Toutes et tous unies contre la répression !

Gaël Quirante, secrétaire départemental de SUD PPT 92, militant du NPA et du Front Social, fait l’objet d’une énième tentative de licenciement de la part de la direction de La Poste.

Cette tentative participe d’une politique de répression systématique des syndicalistes combatifs dans cette entreprise, où, rien qu’en Ile-de-France, plus de dix années de mise à pied cumulées ont été infligées à des militant-e-s en raison de leur activité syndicale. Cette fois encore, l’inspection du travail a refusé la demande d’autorisation de licenciement et a clairement démontré qu’il s’agissait d’une mesure discriminatoire. Le dossier est donc maintenant entre les mains de la ministre-DRH Pénicaud, ce qui laisse craindre le pire.

Parce qu’une attaque contre un seul est une attaque contre tous, le NPA, avec son porte-parole Philippe Poutou, sera présent au rassemblement appelé par SUD PPT 92 le 6 février à 19h devant le ministère du travail pour exiger que Gaël ne soit pas licencié.

La répression, qu’elle vienne du patronat ou de l’appareil judiciaire, est aujourd’hui le corollaire systématique de la politique pro patronale, sécuritaire et raciste que mènent Macron et son gouvernement. Elle touche aussi bien les syndicalistes combatifs, les militant-e-s des quartiers populaires que les associations qui viennent en aide aux migrants ou aux sans-papiers. Cela ne peut plus durer !

L’ensemble des organisations attachées aux libertés démocratiques et syndicales doivent se regrouper et former un front uni contre la répression. Ce n’est que de cette façon que nous les ferons reculer. Le rassemblement du 6 février doit être une première étape en ce sens.

Montreuil, le 5 février 2018




Mots-clés

Répression   /    Notre classe