^

Notre classe

Rassemblement de soutien aux travailleur-se-s du nettoiement en lutte

Onet Paris-Nord. Grévistes, cheminot-e-s et étudiant-e-s sur le piquet, une belle unité !

Jeudi matin, se tenait à la gare RER Saint-Denis Stade de France, devant le siège de la SNCF, un rassemblement en solidarité avec les grévistes de la société H.Reiner Onet en charge du nettoyage des gares dans le secteur Nord de Paris. Un rassemblement festif à un moment décisif de la lutte.

Nombreux-ses !

Au total, une centaine de personnes sont passées sur le piquet entre les grévistes et leurs soutiens. Parmi elles et eux, c’est bien la présence des cheminots de Sud Rail qui détonnait et qui a fortement contribué à l’ambiance festive de ce rassemblement, éclairé au petit matin par les fumigènes. Ce sont notamment les cheminots du technicentre du Landy qui sont venus en nombre après l’équipe de nuit, tout comme les agents de circulation du secteur Paris Nord et des mécanos. De plus, des élus de la France Insoumise, ainsi que des délégations du NPA, de Lutte Ouvrière, de l’OCML-VP, de Femmes en lutte 93, du collectif Bla Bla Grève ainsi que des syndicats Solidaires 93 et Sud Rail étaient présents, sans compter les étudiants.
 

Débrayage de solidarité des cheminot-e-s du secteur Paris Nord

La solidarité des cheminots ne s’est pas limitée à leur simple présence. Un préavis de grève a été déposé sur le secteur Paris-Nord pour la période du 5 au 15 décembre, pour exiger la fin de la sous-traitance et l’embauche de tous les sous-traitants à la SNCF. En effet, bien que la sous-traitance tende à diviser les travailleurs entre salariés de catégories différentes, toutes et tous contribuent au fonctionnement des gares et au service public qu’est censé assuré la SNCF. Les agents de nettoyage, tout comme les conducteurs, sont essentiels à l’accueil des voyageurs dans les gares et dans les trains. Les travailleurs du nettoyage, néanmoins, n’ont pas le statut de cheminots contrairement aux cadres et dirigeants de la SNCF qui, eux, s’acharnent à détruire le service public.

Même patron, même combat

Cette solidarité entre cheminots et personnels du nettoyage est un signal fort pour la SNCF commanditaire d’ONET : les travailleurs sont unis contre leur exploiteur commun. Comme l’a pointé du doigt une cheminote de Sud Rail, la SNCF est responsable de la situation actuelle qu’elle maintient en se cachant derrière le sous-traitant ONET. Il existe pourtant « une solution très simple ». Il faudrait que les travailleurs du nettoyage soient « embauchés par la SNCF comme les autres cheminots, comme ça le problème serait vite réglé ». 
 

Les étudiant-e-s solidaires

À cette union, s’ajoute la présence des étudiants, eux-mêmes de futurs travailleurs. En effet, des collectifs étudiants et étudiantes des universités de Paris 8 et de Paris 1, venus en voisin, ont monté des collectes pour les grévistes. Cette solidarité des étudiants et des travailleurs doit être placée dans le contexte plus général de l’offensive du patronat et du gouvernement qui sont leurs adversaires communs.

Le rassemblement de ce jeudi aura également été l’occasion de distribuer des tracts et de communiquer avec les usagers afin de contrer le discours de la SNCF relayé par les chaînes de télévision, visant à isoler les grévistes et à monter les usagers contre ceux-ci. Cette stratégie d’isolement de la grève se double d’une stratégie de répression : avec l’aide de la Police, la société ONET tente d’investir les gares occupées par les travailleuses et travailleurs afin que des intérimaires puissent y faire le ménage.

Objectif caisse de grève !

 

La grève dure depuis plusieurs semaines. Les paies de ce mois-ci seront des paies blanches, à zéro euro. Afin que la lutte puisse se poursuivre, il est donc vital que la caisse de grève soit approvisionnée et que la solidarité se poursuive, sur les piquets comme lors des repas solidaires qui sont organisés.

Pour rappel, les revendications de cette grève portent sur une augmentation du panier repas (passage de 1,90euros à 4 euros), une augmentation de la prime de vacances ainsi que le maintien de l’effectif actuel et des embauches en CDD ou CDI pour les postes vacants.

Afin de contribuer à la caisse de grève, vous pouvez donner via leur caisse en ligne ou par chèque à l’ordre du syndicat SUD-Rail de Paris Nord à l’adresse du syndicat : 39 Bis Boulevard de la Chapelle 75010 Paris, avec la mention « caisse de grève Onet » au verso.




Mots-clés

Onet   /    Grève   /    SNCF   /    Notre classe