^

Société

Dans la famille Ripoux, je voudrais les Balkany

Patrick et Isabelle en correctionnelle : les plus grands mafieux de France enfin condamnés ?

Cela fait 15 ans que les époux Balkany défraient la chronique avec leurs multiples affaires, allant des emplois fictifs aux blanchiments et détournements de fond. Cette fois, les Balkany vont bien avoir un procès, ils sont renvoyés en correctionnelle pour blanchiment de fraude fiscale aggravée.

Crédit photo : Patrick Kovarik / AFP montage vu sur VanityFair.fr

Les juges d’instruction du pôle financier Renaud Van Ruymbeke et Patricia Simon ont décidé de renvoyer en correctionnelle le maire de Levallois-Perret, Patrick Balkany, en poste depuis 17 ans et sa femme, Isabelle, première adjointe au maire depuis son arrivé à la mairie, pour blanchiment de fraude fiscale aggravée. Accusés d’avoir dissimulé au moins 13 millions d’euros au fisc, Patrick est soupçonné de « blanchiment de fraude fiscale aggravée », « corruption passive », « blanchiment de corruption » et « prise illégale d’intérêt par une personne dépositaire de l’autorité publique ». Isabelle quant à elle est poursuivie pour « blanchiment de fraude fiscale aggravée » et « déclaration incomplète ou mensongère » à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique.

Les deux juges ont dû soulever des montagnes pour arriver à rassembler assez de preuves pour envoyer devant la justice le couple de ripoux le plus connu de France. D’après Le Monde, « il aura fallu plusieurs années et plus de vingt commissions rogatoires internationales aux juges pour contourner les mensonges et les silences des époux Balkany et établir finalement qu’ils étaient les véritables propriétaires de deux villas sur l’île de Saint-Martin et d’une villa à Marrakech acquises avec des fonds issus de comptes à l’étranger qui n’ont jamais été déclarés ».

En effet, comme nous l’expliquions en janvier 2017, lorsque, lors d’un interrogatoire, Patrick Balkany avait avoué avoir des comptes offshores, les époux Balkany ont, pour faire l’acquisition de leurs biens immobiliers, procédé à des montages financiers complexes passant par des comptes en Suisse, des structures offshores immatriculées aux Seychelles ou encore des fondations au Liechtenstein.
Le Monde, qui cite l’ordonnance de renvoi en correctionnelle des Bonnie and Clyde de Levallois, explique que l’enquête a démontré que « M. Balkany était à la tête d’un véritable réseau de sociétés offshore et de fondations au Liechtenstein ».

Selon l’ancien directeur général de l’office HLM des Hauts-de-Seine de 1986 à 1994, Didier Schuller qui a été condamné pour « trafic d’influence » et « recel d’abus de biens sociaux » dans une affaire de financement occulte, affaire où Patrick Balkany a aussi trempé mais a été relaxé, ce réseau abritait de l’argent provenant, « d’entreprises des BTP soucieuses de financer le parti par des fonds d’origines illicites ». « C’est à la même époque que M. Balkany a rapatrié des sommes importantes de Suisse, qu’il achetait la propriété de Giverny puis y réalisait des travaux importants de rénovation. » Un témoignage accablant de l’ancien proche de Balkany et Sarkozy. Les Balkany ont « dissimulé à l’administration fiscale des revenus occultes et un patrimoine tout aussi occulte en ayant recours à des prête-noms » selon l’ordonnance de renvoi.

Les époux Balkany ne sont pas les seuls à être inquiétés par la justice puisque dans ces différentes affaires qui feront sans doute l’objet d’un seul procès, leur fils Alexandre est également renvoyé en correctionnelle. Il lui est reproché d’avoir aidé ses parents à dissimuler la possession d’une villa à Marrakech au FISC, villa achetée 5,8 millions d’euros.

Ce petit pied-à-terre a été acheté en janvier 2010 par une société panaméenne au porteur, Hayridge, dont l’ayant droit est Jean-Pierre Aubry, l’ancien bras droit de Patrick Balkany à la mairie de Levallois. Les fonds qui ont permis l’achat seraient issus d’un compte à Singapour détenu par une autre société panaméenne au porteur, Himola qui est contrôlée par ce même Aubry. Le compte Himola a été approvisionné par deux hommes d’affaires proches de Balkany. Georges Forrest, richissime industriel minier du Katanga, y a versé 5 millions de dollars. Mohamed Al-Jaber, un milliardaire saoudien un temps candidat à un projet immobilier de plus d’un milliard à Levallois y a mis également de sa poche. Al-Jaber et Aubry sont envoyés en correctionnelle avec la famille Balkany. L’avocat Arnaud Claude, associé de Nicolas Sarkozy, qui a mouillé dans ces affaires va les rejoindre sur le banc des accusés.

D’après Le Monde, « tous les biens que l’enquête a permis d’identifier comme étant la propriété des Balkany ont été saisis. D’après le calcul des magistrats instructeurs, le montant total des avoirs concernés est de 13 006 052 euros ». Si enfin les époux Balkany vont être jugés pour leurs affaires frauduleuses, ce n’est pas dit qu’ils finissent par être condamnés. En effet, par le passé, Patrick Balkany a réussi - on ne sait comment.. - à quasiment toujours s’en sortir. Il a été mis en cause dans une quinzaine d’affaire mais n’a été condamné que trois fois. Cette fois-ci, le dossier a l’air suffisamment étoffé pour envoyer le couple derrière les barreaux. En effet, ils risquent 7 ans d’emprisonnement et 1 million d’euros d’amende. Mais on le sait, la justice sait parfois se montrer clémente...




Mots-clés

Patrick Balkany   /    corruption   /    #JusticeDeClasse   /    Société