^

Politique

Rétropédalage

« Pétain le grand soldat ». Macron tente de mettre fin à la polémique, en vain

Les tergiversations autour de la commémoration de la guerre 14-18 et les déclarations de Macron considérant Pétain comme un « grand soldat » ont crée un important tollé. De quoi mettre, encore une fois, le gouvernement sur la défensive.

Crédits photo : AFP

Encore un raté pour la Macronie. Le président s’est pris les pieds dans son « en même temps » : d’un côté, se rapprocher du « peuple » en faisant son tour de France mémorielle et en choisissant de célébrer les poilus, de l’autre, celui de faire du pied à l’armée pour renforcer son pouvoir jupitérien en sévère perte de vitesse. Avec son hommage à Pétain, Macron s’est pris un tollé magistral.

« Grand soldat » ayant fait écraser les mutineries de soldats refusant d’être de la chair à canon en 1917, puis ayant ordonné le massacre de dizaines de milliers de Marocains durant la guerre d’indépendance en 1925-1926 et l’insurrection du Rif avant d’être collaborateur du régime nazi, la figure de Pétain était à manier avec précaution par l’Élysée. Macron, a pour le moins mis les pieds dans le plat avec sa pensée « complexe » en choisissant d’honorer ce génocidaire.

D’abord, un dossier de la Mission du centenaire datant de septembre spécifie bien qu’il s’agit rendre hommage aux huit maréchaux de la première guerre mondiale, tous plus nauséabonds les uns que les autres, mais où Pétain fait figure de tête d’affiche. Une commémoration dont l’organisation est mise entre les mains de l’état-major des armées et du gouverneur militaire de Paris.

L’Élysée, voyant bien le problème de communication, se rétracte et affirme qu’il s’agit au contraire de ne pas sanctifier le pouvoir militaire mais de rendre hommages aux hommes envoyés sur le front. De là, de nouvelles déclarations de la part de la ministre des Armées qui tente un rétropédalage en disant qu’il ne s’agit de rendre hommage qu’aux maréchaux se trouvant aux Invalides, donc exit Pétain. Ce que Macron a contredit ce mercredi avec son laïus sur le « grand soldat ».

Si, dans un registre très populiste, l’Élysée voulait mettre les poilus à l’honneur durant le centenaire de la guerre 14-18, ce geste vers « le peuple » passe désormais inaperçu. C’est même en plein milieu de son « itinérance mémorielle » sur laquelle Macron misait pour se redonner un coup de boost dans les sondages que la polémique s’est mise à enfler.

Face à l’ampleur de la polémique, la promotion de Macron passe à la trappe et l’Élysée se voit obligé de battre en retraite, et a ainsi annoncé que Pétain ne serait pas commémoré. Dans un moment où l’impopularité de Macron va crescendo, ce retournement est une nouvelle preuve de faiblesse, en plus d’être une énième démonstration de l’aspect réactionnaire du personnage.




Mots-clés

Emmanuel Macron   /    Politique