^

Cultures

Par Fabrizio Bajec

Poème pour tout recommencer #4

Nous publions un quatrième poème de Fabrizio Bajec, dans la série "pour tout recommencer".

Crédit Photo : O Phil des contrastes

à Simone

elle est l’ultime recours d’amour
si le dialogue n’est plus en vogue

son expérience peut nous changer
elle est conscience des multitudes

préparation éclosion d’affects
politique de l’arrêt menace

feu d’artifice et son bouquet de déplaisirs :
virements différés et locaux insalubres

défaillances techniques failles des effectifs
elle exige à son tour la division des tâches

un engagement à temps complet mais voyez
les épreuves qu’elle entraîne les pires écueils :

carence de confiance informations toxiques
manœuvres de sabotage entrevues secrètes

apitoiement patronal peur des rétorsions
promises en revanche un bon nombre d’apports :

sentiment d’unité affirmation de soi
découverte de talents goût de l’offensive

naissance d’un collectif de longue durée
vertige de l’écrasement de l’ennemi

dignité retrouvée après un long mépris
les jours où l’on n’aura pas mangé à sa faim

elle aura affiné notre vision du monde
quand plus jamais au-dessus du rapport de force

nous aurons giflé qui le méritait et retenu
l’exercice de démocratie - un homme une voix

la beauté de ces attaques venant de chaque coin
à l’attention du chef par une meute de chiens

il y en avait des frileux rangés jusqu’à la veille
puis nous nous sommes compris bousculés mieux appréciés

la lutte est longue elle fait sa route l’histoire est injuste
songeons toujours aux vieilles batailles en cas de doute

et érigeons des ponts entre l’action peu signifiante
et le conflit national (une pensée pour Air France)

au moment d’entamer notre grève peut-être
sera-t-elle couverte par un média moins traître




Mots-clés

Poésie   /    Grève   /    Cultures