^

Politique

Les frontistes aiment le cochon mais pas les repas de substitution

Porc obligatoire tous les lundis dans les cantines de Beaucaire

Julien Sanchez, maire FN de Beaucaire dans le Gard, a décidé de supprimer les repas de substitution, c'est-à-dire sans porc, et a dans la foulé mis un jour obligatoire pour le porc. Ce sera donc le lundi. Cette décision islamophobe et qui touchera également les élèves de confession juive et tout simplement ceux qui ne mangent pas de porc, concerne 25 % des élèves.

Crédits photo : MARIJAN MURAT / DPA

C’est une décision réactionnaire qui passe mal chez les parents d’élèves. Le maire FN de Beaucaire estime que retirer le porc des menus est une intrusion du fait religieux à l’école. Si tous les repas de substitution ont été supprimés depuis le 1er janvier, le maire est allé plus loin en instaurant tous les lundi un repas à base de porc. Ce n’est pas la première fois que le maire de Beaucaire fait parler de lui. Il avait mis sa ville en avant avec sa « rue du Brexit » puis avec ses couvre-feu en direction de commerce musulman ou assimilé comme tel.

Julien Sanchez, élu en 2014, a déclaré que « les repas de substitution, repas anti-républicains, en place depuis la municipalité Jacques Bourbousson (précédent maire DVD, ndlr) seront supprimés à Beaucaire au 1er janvier 2018 ».

Cette décision vise directement les élèves musulmans de l’école. Ce sont quelque 150 élèves sur les 600 soit 25% des inscrits comme demi-pensionnaires qui se trouvent affectés par cette décision. Le maire a beau dire à qui veut que « ce n’est pas une mesure d’hostilité contre l’Islam » et qu’il n’est pas « islamophobe », ses explications ne laissent pas la place au doute.

On peut largement douter d’une telle défense lorsque l’on voit ses déclarations dans le journal très progressiste qu’est Valeurs Actuelles. Julien Sanchez a systématiquement fait le lien avec l’Islam. Il a notamment fait le lien entre le fait d’avoir des repas de substitution et... le fait que les musulmans voudraient que les femmes se baignent à des horaires différents des hommes.

« Si nous commençons à nous plier aux impératifs religieux dans les cantines, c’est sans fin. Nous aurons ensuite les horaires aménagés dans les piscines, où l’on ne manquera pas de nous expliquer que c’est le droit de ces femmes d’apprendre aussi à nager, les pauvres. »

Il se pose en défenseur de la République face à un Islam incompatible avec les valeurs républicaines. Il a même son interprétation personnelle de la devise de l’Etat français : « Je respecte la devise ‘égalité, fraternité, liberté’. Egalité dans les menus proposés, fraternité avec nos agriculteurs français et particulièrement les éleveurs de porcs qui sont en difficulté en ce moment, et liberté d’aller manger ailleurs pour ceux qui ne sont pas satisfaits. » Ce genre de déclaration rappelle le triste débat sur le fait de savoir si l’Islam était compatible avec la République. Sanchez se pose en porte-drapeau des idées les plus réactionnaires.

Après « la France tu l’aimes ou tu la quittes de Sarkozy », le maire de Beaucaire met au goût du jour, la cantine avec porc obligatoire, ou tu la quittes. En effet, il a déclaré que « les enfants qui, pour des raisons religieuses, n’en mangent pas peuvent évidemment déjeuner ailleurs qu’à la cantine ». A moins qu’ils ne décident de sauter le plat de résistance. Parce que Sanchez explique que les élèves pourront quand même manger l’entrée, le fromage et le dessert. Un repas tout à fait suffisant pour que des enfants puissent passer leur après-midi sur les bancs de l’école.

Le maire de Beaucaire va jusqu’à se poser en Nelson Mandela des valeurs républicaines puisque selon lui le repas de substitution provoquerait « un apartheid ». « Je me suis aperçu que depuis la mise en place de ces repas de substitution par l’ancienne municipalité (en 2008), les enfants musulmans mangeaient sur des tables à part. Sans doute par souci d’organisation, ces enfants étaient séparés des autres et c’est inacceptable là encore, dans une école publique ».

Sanchez est donc un défenseur des musulmans et il souhaite les intégrer en mettant du porc obligatoire au menu. Il fallait la tenter celle-là. « Quand on défend les valeurs de la République et qu’on refuse certains passe-droit ou du communautarisme dans les lieux publics, on est islamophobe. Je ne suis pas islamophobe, je n’ai pas peur de qui que ce soit et je n’ai pas la volonté d’exclusion de qui que ce soit ». Pourtant, les enfants ne mangeant pas de porc sont invités à aller se nourrir ailleurs, il est vrai que ce n’est pas excluant.

Lorsque l’on regarde les déclarations du maire on a la triste impression d’être dans un repas de Noël qui s’éternise avec le tonton-qui-vote-FN. « Moi je dis simplement : quel est le problème avec le porc ? S’il y avait un problème médical je pourrais le comprendre mais il n’y a pas de problème médical ». D’après Sanchez, le porc « n’a pas de particularités particulièrement allergènes ». « Si on retrouve demain, poursuit-il, les écrits d’un prophète qui demande de ne plus manger de bœuf ou qu’une nouvelle religion impose de ne pas manger de féculents ou de fraises, on ne s’en sort plus. »

Alors que Sanchez explique qu’il est « allé en commission des menus rencontrer les parents et tous ceux qui étaient de bonne foi – y compris les parents musulmans - étaient tout à fait satisfaits de cette décision », la vision des parents d’élèves est tout autre. Selon, Francis Foussard, parent élu dans un conseil d’école, « le maire fait preuve d’unilatéralisme, la décision ayant été présentée en commission des menus sans qu’il n’y ait eu de débat. Et puis la teneur de cette décision est typiquement une provocation à l’intention des personnes de religion musulmane ». Toujours selon lui, « Julien Sanchez prend en otage les élèves sous couvert de récupération politique ».

À l’initiative d’une élue de parents d’élèves, Anne Moiraud, plusieurs parents se réuniront lundi prochain à 11h30 devant la mairie de Beaucaire pour « un pique-nique républicain ». « L’idée c’est que nous les parents, qu’on soit musulman ou pas, ne mettions pas notre enfant à la cantine le lundi puisque c’est le jour où il y a le cochon. À la place, on ira tous manger ensemble sur la place de la mairie ». Elle envisage également de lancer une pétition pour « demander une alternative végétarienne lorsque de la viande est servie ».

L’association Rassemblement citoyen de Beaucaire a l’intention de saisir la justice. « Nous sommes actuellement en train d’étudier la meilleure manière de présenter notre recours devant le tribunal administratif de Nîmes », explique sa présidente Laure Cordelet.

Un précédent avait déjà donné raison aux parents d’élèves. En effet, ce n’est pas la première fois qu’une mairie supprime ces menus de substitutions. En 2015, le maire Les Républicains de Chalon-sur-Saône, Gilles Platret, avait déjà tenté de retirer le menu de substitution. Le tribunal administratif de Dijon avait censuré cette décision fin août 2017, estimant que la municipalité « n’avait pas accordé, au sens de la convention internationale relative aux droits de l’enfant, une attention primordiale à l’intérêt des enfants ». Le maire a fait appel devant la cour administrative d’appel de Lyon.

Le fait que ce soit un maire FN qui tente cette attaque islamophobe n’est pas anodin. Sarkozy avait relancé le sujet lors de primaire de droite en 2016. Une proposition tout droit empruntée... au Front National. Pour Sarkozy, déjà, la cantine devait être l’incarnation de cette République qui nie et rejette toute différence. La même qui, au nom des « Lumières » et de la « Civilisation » a colonisé la moitié de la planète, a réduit en esclavage et au travail forcé les populations des colonies, a érigé un code de l’indigénat raciste. Julien Sanchez reprend un sujet de prédilection de Sarkozy « nos ancêtres les Gaulois ». « En France, en Gaule, on mange du sanglier depuis toujours, comme illustré dans Astérix ». Les musulmans doivent s’assimiler et se plier aux interprétations des valeurs républicaines.

On rappellera à Julien Sanchez, qu’outre le fait que la Gaule n’a jamais existé telle qu’on la voit dans Astérix, que les sangliers ne sont que très peu présent dans les ossuaires celtes (oui celtes pas gaulois). Des idées nationalistes sur les « Gaulois » de Napoléon III qui voulait sa guerre contre les Cimbres et les Teutons à l’islamophobie génétique du Front National, il n’y a qu’un pas.




Mots-clés

Islamophobie   /    FN   /    Extrême-droite   /    Politique