^

Société

Privatisation de la rue.

Privatisation des amendes de stationnement : de 17€ à 50€ à Paris !

Les municipalités ne vous mettront plus d'amende pour dépassement d'horaire de stationnement, des sociétés privés s'en chargeront. Elles sillonneront les rues et avenues des villes françaises pour scanner 1500 voitures à l'heure.

Un retard peut coûter très cher. Depuis le 1er janvier, chaque municipalité peut fixer elle-même le montant de l’amende de stationnement, triplant parfois le prix comme c’est le cas à Paris (de 17 à 50 euros). Une augmentation dont l’objectif officiel est de réduire le nombre de voitures dans Paris, mais qui en réalité va surtout effectuer un tri entre les voitures des classes supérieures et celles de ceux pour lesquels une amende de 50€ représente un dixième de leur salaire. De surcroît, il y a derrière cela un objectif fiscal, de faire rentrer encore plus d’amendes dans les caisses de la ville. Ainsi, à Paris, les amendes passent de 17€ à 50€ (en zone 1, du Ier au XIe arrondissement) et 35€ (dans les autres arrondissements). Mais il ne s’agit pas que de pénaliser : les prix du stationnement augmentent ! Déjà prohibitifs (4€ de l’heure en zone 1), il vont augmenter à partir de la troisième heure : 16€ pour 3 heures, et 50€ pour 6 heures !

Autres joyeusetés, les municipalités sous-traiteront chez des entreprises privées chargées de quadriller Paris et ses arrondissements à un rythme de 1500 voitures par heure. Les employés de ces sociétés se déplaceront dans des voitures remplies de capteurs pour scanner au plus vite les stationnements dépassant la limite horaire et pouvoir ainsi appliquer des « forfaits post-stationnement », nouveau nom pour ces PV nouvelle génération.

Une véritable robotisation des employés de la sous-traitance, devant parcourir la ville en voiture hi-tech smartphone à la main en prenant des photos des véhicules et sanctionnant les usagers des routes. Les rues deviennent un terrain privilégié pour l’exploitation et le profit d’entreprise où s’affronteront salariés pour atteindre les meilleurs cadences dans un temps minimal. Interrogé par Le Parisien, un des employés de Moovia, une des deux sociétés choisies par la mairie de Paris, explique avoir fait 110 véhicules en six heures, soit une contravention toutes les trois minutes ! On connaissait les employés fliqués à la tâche et chronométrés dans les entreprôts d’Amazon ; ils arrivent maintenant dans les rues des grandes villes…




Mots-clés

fiscalité   /    Répression   /    Société