^

Genres et Sexualités

Sexisme à l’IUT du Havre

Université du Havre : "salope sans humour", la remarque d’un prof à son étudiante

Correspondant Nous avons récemment publié un article sur le site Payetafac recensant les nombreux cas de sexismes à l’université. Beaucoup trop et beaucoup trop tus. A l’université du Havre les étudiants ont choisi de s’emparer de l’un de ces nombreux cas pour dénoncer et combattre le sexisme au sein de l’université.

Le Vendredi 20 janvier un professionnel intervient dans une classe d’étudiant.e.s de l’IUT du Havre, sur le site Frissard. Durant ce cours, une étudiante se voit qualifiée de « salope » par cet intervenant. Elle lui demande donc de s’en expliquer, ce à quoi il répond que « c’était une blague » (allant même jusqu’à dire par la suite que « si elle n’a pas trouvé ça drôle, c’est qu’elle n’a pas d’humour ! »). Aussitôt, une de ses amies en alerte la présidence de l’Université et les représentant.e.s étudiant.e.s : l’UNEF, syndicat étudiant, et la Fed’LH.
La présidence de l’Université suspend le professionnel de ses fonctions en tant qu’intervenant au sein de l’IUT pour une durée indéterminée, jusqu’à ce qu’une décision soit prise.
Marion, représentante de l’Unef au Havre, revient sur la réaction des étudiants « Les représentant.e.s étudiant.e.s, ont été indigné.e.s par les propos sexistes et discriminatoires n’ayant pas lieu d’être au sein de l’Université, nous nous sommes rapidement organisé avec l’étudiante concernée. L’UNEF et la Fed’LH ont décidé de mener une campagne commune de sensibilisation contre le sexisme à l’Université. En suivant les volontés de l’étudiante, la campagne aura pour objectif de dénoncer le sexisme dans sa globalité et de ne pas faire de ce cas une exception. La collaboration entre ces deux organisations étudiantes est un tournant, et on entend bien en faire une force de rassemblement des étudiant.e.s face au fléau que représente le sexisme à l’Université. » nous précise Marion représentante de l’UNEF au Havre.
Il n’y a pas de petit sexisme et c’est bien ce qu’ont compris les étudiants mobilisés en s’emparant de ce cas et en le politisant pour que sur nos lieux d’études comme ailleurs nous luttions contre le sexisme même ordinaire !




Mots-clés

sexisme   /    Université   /    Genres et Sexualités