^

Débats

Débats pour le Congrès du NPA

Six plateformes issues de l’ex PFA. Comment nous y sommes arrivés et comment en sortir ?

Une gauche du parti complètement fragmentée. C’est sur cet état de fait, très politique, que s’interroge cette contribution de Daniela Cobet pour le Congrès du NPA.

L’existence de six plateformes issues de l’ancienne PA pour ce Congrès est à l’évidence une mauvaise nouvelle, mais ne tombe pas du ciel. Un petit retour en arrière peut permettre de mieux comprendre la dynamique en cours pour tenter d’y apporter des réponses qui ne relèvent pas de la pure incantation.

La PA s’était constitué en vue de la CN de 2016 autour de l’idée d’une candidature indépendante du NPA, celle de Philippe, autour d’un programme anticapitaliste et révolutionnaire. Bien qu’elle soit arrivée en tête dans les AG électives, l’existence d’une plateforme-tampon, la PB, a empêché qu’une majorité claire s’exprime. La CN a ainsi débouché sur une déclaration de compromis entre les trois plateformes, qui certes a permis de se lancer (partiellement) dans la bataille des présidentielles, mais cachait de nombreuses contradictions et divergences réelles.

Dans ce contexte, la PA, déjà traversée elle-même par certaines divergences notamment autour du nom du candidat, n’a pas réussi à se constituer en alternative de direction pour le NPA. Nous étions à ce moment déjà aux débuts du mouvement contre la Loi Travail, et l’intervention quasi-inexistante du NPÄ en tant que parti a accentué les tendances à ce que chaque sensibilité essaie d’intervenir à sa façon, en tirant par la suite ses propres conclusions sur le terrain de l’orientation.

Les camarades d’A&R décident de faire de la construction du Front Social leur priorité, et des appréciations et attitudes différentes émergent à l’égard de la campagne Poutou. En ce sens la division de la PA n’est pas une simple querelle entre chapelles, mais correspond en partie à des axes d’orientation et à des expériences politiques distinctes.

Ces divergences ne justifient pas néanmoins à nos yeux un nombre aussi élevé de plateformes, c’est pourquoi nous avons fait tout ce qui était à notre portée pour éviter ce scénario : nous avons amendé une base de texte proposée par A&R avant qu’ils ne clarifient que ce ne serait surtout pas une base pour un texte de plateforme ; nous avons ensuite annoncé à toute la PA que nous entamions un processus d’écriture auquel nous avons proposé d’associer d’autres sensibilités comme les camarades de DR ou de la « Portion Congrue » ; une fois le premier jet du texte terminé, nous l’avons envoyé aux composantes de la PA comme base de discussion, en leur proposant des rendez-vous .

C’est donc seulement après l’échec de cette démarche et le refus des autres sensibilités que nous avons décidé de constituer la PZ, un regroupement entre les militants du CCR et ceux de la sensibilité représentée par Jean-Philippe Divès et d’autres camarades.

Nous ne pouvons évidemment que regretter que les camarades d’A&R, avec lesquels nous partageons la préoccupation de regrouper les secteurs combatifs du mouvement ouvrier, tentent de le faire par le biais du Front Social en grande partie au détriment de la bataille pour un NPA plus révolutionnaire et plus ouvrier. Ou que les camarades de l’Etincelle ne soient même pas venus aux réunions de l’ex-PA et que les camarades de DR aient fait le choix d’une plateforme « identitaire » avec eux plutôt que d’appuyer dans le sens d’un regroupement plus large qui était pourtant possible. Ou encore que les camarades de la Portion Congrue qui nous disaient explicitement être globalement d’accord avec notre texte aient fait le choix d’une sixième plateforme, la Y, avec pour seul objectif préserver l’unité de leurs rangs.

Mais il ne suffit pas de regretter ni de faire des appels incantatoires à l’unité pour l’unité. La question qui est posée à l’ensemble des sensibilités de l’ex PA est de savoir comment chercher concrètement à dépasser la situation actuelle sans éluder les discussions réelles qui existent.

C’est pourquoi au niveau de la PZ nous souhaitons adresser à l’ensemble des camarades de l’ex PA la proposition d’une rencontre en amont du Congrès, qui discute des convergences possibles, d’un éventuel projet de déclaration commun et ouvre un processus de discussion de plus moyen terme sur la situation politique et les tâches qui en découlent, pour la reconstruction d’un pôle pour un NPA ouvrier et révolutionnaire.

Daniela (CE 93, Comité de Saint-Ouen), PZ




Mots-clés

IVe Congrès du NPA   /    NPA   /    Débats