^

Genres et Sexualités

LA PREFECTURE REACTIONNAIRE ?

Toulouse. Centre-ville interdit pour la pride de nuit, libre accès pour les anti-PMA

Mardi 12 juin, l’organisation catholique d’extrême droite Alliance Vita organisait un rassemblement place du Capitole à Toulouse dans le cadre d’une campagne nationale anti-PMA. La manifestation a été gracieusement autorisée par la préfecture alors que, dans le même temps, celle-ci argue du fait que tout rassemblement politique est désormais interdit dans le centre-ville. En témoigne le refus du parcours demandé par l'organisation de la Pride de Nuit le 16 mai dernier. Deux poids deux mesures qui témoignent d'une orientation réactionnaire de la part de la préfecture...

Pour le mois des fiertés le Pont-Neuf, un des principaux ponts de Toulouse, a pris les couleurs de l’arc-en-ciel. Ce choix « contraste » avec les politiques fielleuses menées par l’administration Moudenc. Récemment, le maire a en effet été forcé de virer son conseiller municipal Aviv Zonabend après que celui-ci ait déclaré qu’il y avait « trop d’arabes » dans la ville rose. Une même mairie, qui, par l’intermédiaire de l’adjoint au maire Olivier Arsac, aurait donné son accord auprès de la direction du Monoprix de la rue Alsace Lorraine pour refuser l’accès du magasin aux SDF.

La préfecture, dont, rappelons-le, le préfet est nommé par l’exécutif, semble donc vouloir concurrencer la mairie. Le préfet a ainsi donné son accord pour la tenue d’un rassemblement place du Capitole appelé par l’organisation religieuse d’extrême droite LGBTI-phobe et sexiste Alliance Vita dans le cadre d’une campagne nationale anti-PMA. La préfecture de Haute-Garonne se rend complice des vociférations haineuses des groupes d’extrême-droite dans l’espace public.

Nous relayons ici le communiqué d’Act Up Sud Ouest :

« Ce midi sur la place du Capitole avait lieu un rassemblement de l’organisation catholique intégriste d’extrême-droite LGBTQI-phobe et sexiste Alliance Vita, contre la PMA. Ce rassemblement n’est que le premier événement d’une campagne nationale anti-PMA pour touTEs. Pendant près d’1 heure les militantEs ont pris possession de la place pour déverser leur discours de haine, s’appropriant même un de nos moyens d’action dans la lutte contre le VIH/sida (le die in). Nous apprenons cette après-midi que ce rassemblement a été autorisé par la préfecture.

Et pourtant ! C’est bien la même préfecture qui a privé il y a moins d’un mois la Pride de nuit de son trajet en centre-ville, arguant du fait que la place du Capitole (entre autres) était désormais interdite à tout rassemblement politique ! Que faut-il donc comprendre ? La préfecture choisit-elle en fonction de ses affinités qui peut et qui ne peut pas occuper la place du Capitole ? Que sont devenus les pseudo-arguments sécuritaires qu’elle nous oppose habituellement ?

Nous n’oublions pas qu’en 2012, avant même les premières Manif pour Tous, c’est cette organisation qui avait commencé la mobilisation LGBTQI-phobe contre l’égalité des droits et qui s’est soldée par une augmentation des violences LGBTQI-phobes sans précédent !

Jamais Act Up Sud Ouest n’acceptera qu’ils et elles puissent s’exprimer dans nos rues et dans nos vies sans opposition franche et radicale. Ensemble, organisons-nous et combattons de front les LGBTQI-phobies et ceux/celles qui les attisent !

Fachos, LGBTQI-phobes, hors de nos rues ! Hors de nos vies ! »

Jeudi 14 juin, les membres des Sentinelles pour l’Enfant, une autre organisation anti-PMA, manifestaient en compagnie de deux conseillères régionales, debout en rang et en silence, devant le monument aux morts, une heure durant, contre l’ouverture de la PMA. Bizarrement, sur les photos de l’événement, on constate qu’aucun dispositif policier n’est en place. Une nouvelle fois, deux poids deux mesures par rapport à la répression habituelle, et aux dizaines de CRS armés jusqu’aux dents lors des prides de nuit, et autres manifestations pour les droits des travailleurs et des exploités et opprimés…




Mots-clés

Moudenc   /    PMA   /    homophobie   /    LGBTQI   /    Toulouse   /    Genres et Sexualités