^

Genres et Sexualités

Chienne de garde

"Toutes des allumeuses", selon Brigitte Bardot

Après Deneuve, Lahaie et d'autres personnalités signataires de la tribune pour le « droit d'importuner », c'est au tour de Brigitte Bardot de faire preuve d'indécence. Dans une interview accordée à Paris Match, elle accuse les actrices dénonçant les harcèlements sexuels d'être des « allumeuses ».

Crédits photo : AFP/ ERIC FEFERBERG

Ce mercredi 17 janvier, Brigitte Bardot a accordé une interview au magazine Paris Match. L’ancienne actrice a donné son sentiment sur ces femmes qui, fin 2017, dénonçaient les conditions de harcèlement et de violences sexuelles quotidiennes qui pavent les chemins pailletées de l’industrie cinématographique, ouvrant la voie au mouvement #metoo et à une certaine libération de la parole sur les réseaux et dans la rue,. Et selon elle, ces dernières ne seraient rien d’autres que des « allumeuses ».

Bardot ira même plus loin dans l’interview remettant en cause la parole de ces femmes qui seraient pour « la grande majorité des cas, hypocrites, ridicules, sans intérêt ». Dans la pure lignée des bourgeoises qui, bien que subissant le patriarcat, permettent elles aussi la pérennité de ce système, Bardot vient ajouter sa pierre à un édifice déjà bien solidifié, rappelant jour après jour aux femmes de ne pas faire trop de vague, de ne pas trop dire, de ne pas trop dénoncer.

Elle conseille donc aux femmes de se laisser faire car elle aussi a fait les frais de remarques sur son corps et qu’elle trouvait ça même agréable, ne voyant pas la poutre dépassant de son œil, ou faisant mine de ne pas la voir. On assiste à une véritable levée de bouclier des gardiens du temple essayant de ramener les discussions à un état « normal », c’est à dire un état où le harcèlement sexuel n’est considéré que comme une plaisanterie, occultant de fait les cas de féminicides et d’agressions physiques. A se demander qui est la véritable hypocrite entre la militante pour le droit des animaux ne voyant pas la problématique sexiste ou bien les actrices et femmes qui ont ouvert la voie à la libération de la parole autour des révélations de l’affaire Weinstein... et de tant d’autres.




Mots-clés

#MeToo   /    sexisme   /    Violences faites aux femmes   /    Genres et Sexualités