^

Politique

Répression

Un syndicat de policier demande à Collomb de poursuivre Mathieu Kassovitz en justice

Après une opération anti-drogue dans un hôpital de Nantes, de nombreux internautes ont dénoncé des moyens disproportionnés. Parmi eux, Mathieu Kassovitz, acteur et réalisateur français, qui a réagi sur Twitter. De quoi énerver le syndicat Unité SGP Police Force Ouvrière, qui a demandé au ministre de l’intérieur… de porter plainte.

Le 23 décembre, la Police Nationale annonçait sur Twitter (à travers le compte @PoliceNat44) la saisie de 7 grammes de résine de cannabis dans la chambre d’un patient de l’hôpital Saint-Jacques de Nantes. Pour arriver à ce résultat, la police a mis en place une opération d’envergure impliquant 24 policiers et 2 chiens chercheurs de drogue.

Beaucoup d’utilisateurs de Twitter ont dénoncé la disproportion entre les moyens déployés et la quantité saisie. Parmi eux, l’acteur et réalisateur Mathieu Kassovitz a écrit ce message :

Face à cette attaque, le syndicat de Police Unité SGP Police Force Ouvrière a appelé, toujours sur Twitter le ministre de l’intérieur Gérard Collomb à porter plainte contre l’acteur pour outrage à agent dépositaire de l’autorité publique. Ce délit est puni de 15 000 euros d’amende et jusqu’à 1 an de prison. Par ailleurs, il faut noter que ce délit, en forte augmentation (+ 79 % entre 1997 et 2007) (https://fr.wikipedia.org/wiki/Outrage_%C3%A0_agent_public_en_France) est utilisé pour faire du chiffre et peut représenter un complément de revenu pour les agents portant plainte comme l’avait indiqué le Canard Enchaîné dans son dossier d’octobre 2016 Que fait la police.

Dans la suite de l’échange Twitter, le compte officiel de la police nationale @PoliceNationale a répondu à l’acteur en insistant sur son rôle supposé de protection. Une hérésie, alors que les violences policières dans les quartiers populaires amènent quasi quotidiennement leurs lots de morts. L’attaque contre le réalisateur du cultissime film La Haine est avant tout un avertissement : il est interdit de remettre en cause les violences policières.




Mots-clés

Violences policières   /    Répression   /    Politique