^

Politique

Identitaires à la dérive

Une ONG secourant les migrants vient en aide au C-Star, le bateau des identitaires

C’est une information digne du Gorafi. Le C-Star, navire des identitaires cherchant à empêcher les migrants de rejoindre l’Europe a dû être secouru par Sea Eye, une de ces ONG de sauvetage des réfugiés que les identitaires prétendent combattre.

Crédit photo : Yannis Youlountas

Après une première tentative ratée en juin, le C-Star a finalement pu prendre la mer en juillet grâce à une opération de crowdfunding générant plus de 200 000 $. Le navire des identitaires aurait ainsi pu mettre en œuvre le projet d’empêcher l’arrivée des migrants en Méditerranée. L’ONG Sea Eye a annoncé ce vendredi 11 août avoir été mandatée par les instances européennes pour venir en aide au bateau après que celui-ci a émis un signal de détresse.

L’organisation d’extrême-droite, lui, assure que leur bateau n’a rencontré qu’un problème technique mineur et nie avoir été secouru par l’ONG. Toujours immobilisé au large, le mouvement identitaire compte bien poursuivre son odyssée qui pour l’instant est un échec. En effet, Defend Europe n’a pas encore pu se targuer d’avoir réellement participé à la mise en difficulté des navires de réfugiés. Une épopée ratée pour ces néo-fascistes secourus en pleine mer par une ONG comme celles qu’ils prétendent combattre. Comme le rappelle le fondateur de Sea Eye Michael Buschheuer, « aider les navires en détresse est le devoir de tous en mer, sans distinction de leur origine, de leur couleur de peau, de leur religion ou de leurs convictions », même lorsqu’il s’agit de dangereux xénophobes venus jouer aux pirates.

Le navire n’en est pas à son premier fiasco. Dans un premier temps le mouvement s’était vu refuser l’utilisation de PayPal pour récolter les dons, puis, une fois le financement obtenu, l’équipage nationaliste s’est retrouvé bloqué après son départ dans le Canal de Suez pour « des problèmes administratifs » (comprendre : ils n’avaient pas leurs papiers). Le trajet sera semé de multiples embûches, notamment lorsque le soi-disant équipage sri-lankais s’est révélé être des demandeurs d’asile affirmant avoir été payés pour atteindre les côtes chypriotes. Les identitaires se sont ainsi vus accusés de trafic d’êtres humains (cause qu’ils prétendent vouloir combattre au travers de cette opération anti-migrants). Dernière difficulté en date, l’accueil que lui ont réservé des travailleurs et des ONG en Tunisie et en Grèce empêchant le C-Star d’accoster et le condamnant alors à errer au large de la Lybie. Certains avaient prévu pour leur arrivée des banderoles « No racists ».

Les identitaires nous prouvent par ce voyage qu’ils maîtrisent mieux leur communication que la barre d’un navire, ce qui ne les empêche pas cependant de faire parler d’eux et de se vanter du « buzz » généré.

Le ridicule de cette histoire prête à rire, mais n’oublions pas que le groupe identitaire et leur idéologie sont un véritable poison qu’il est nécessaire de combattre par tous les moyens, alors même que ces derniers jours encore, des dizaines de migrants fuyant la guerre et la misère de la Corne de l’Afrique sont morts noyés au large du Yémen.




Mots-clés

Extrême-droite   /    Réfugiés   /    Politique