^

Société

Islamophobie

VIDEO. Aquaboulevard : une femme expulsée de la salle de sport à cause de son turban

En plus de la journée « Toujours Charlie » organisée par le Printemps Républicain pour sceller l’union des français autour de la haine des musulmans, l’expulsion samedi d’une femme qui portait un turban est venue agrémenter ce week-end placé sous le signe de l’islamophobie.

C’est à travers snapchat et les réseaux sociaux qu’a été diffusée l’information, très peu reprise par les médias, de l’expulsion d’une jeune femme musulmane d’une salle de sport, Forest Hill Aquaboulevard, à Paris samedi. Alors qu’elle suivait un cours collectif de sport, la jeune femme prénommée Albertine, accompagnée d’une amie, a dû quitter la salle car elle portait un turban.

Face aux deux femmes, les responsables se sont défendus en s’appuyant sur le règlement intérieur qui interdit les couvre-chefs, arguant de la nécessité de pouvoir identifier les personnes, un argument bien hypocrite dans cette salle où les casquettes et bandeaux sont monnaie courante. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois, qu’un tel événement se produit dans l’une des structures d’Aquaboulevard, accusé en 2013 par des salariés de gestion raciste du parc aquatique. Par ailleurs, la militante antiraciste Sihame Assbague rapporte qu’après avoir raconté son histoire Albertine a reçu plusieurs message de femmes ayant vécu des expériences similaires.

Que ce soit sur les plages, dans les facs et les écoles ou dans la rue, la présence des femmes musulmanes gêne l’ordre républicain. L’islamophobie s’insinue partout et semble vouloir interdire aux musulmans de vivre normalement en France. Après la dernière polémique de 2017 entre les laïcards de Marianne et Yassine Bellatar en décembre dernier, 2018 semble donc s’annoncer comme une année de plus où s’égraineront les attaques contre les musulmans, parfois sous couvert éhonté de féminisme à plusieurs vitesses où les femmes présumées musulmanes doivent être libérées de force par la nation française, dans un climat diffus de suspicion paranoïaque.




Mots-clés

Islamophobie   /    Société