^

Société

Le policier visé par… 24 affaires !

Violences policières. 3 témoignages accablants contre un membre de la BAC de Seine Saint Denis

Au Raincy, commune de Saine Saint Denis, trois jeunes accusent le même policier de les avoir tabassés lors de différents contrôles. L’accusé aurait un lourd dossier dans lequel les victimes se seraient portées parties civiles dans pas moins de vingt-quatre affaires. Souvent des dommages et intérêts ont été versés en guise de dédommagement par l’accusé selon l’hebdomadaire en ligne StreetPress.

Trois jeunes, trois récits différents et toujours le même policier mise en cause. Laurent D. dit « lolo » ou « skol » par ses collègues de la brigade anti criminelle du commissariat du Raincy. Grand gabarit au crâne rasé, les trois témoignages coïncident et d’autres témoins oculaires ont confirmé ces accusations. Les trois jeunes : Ikael quinze ans, Maxen seize ans et Hamza vingt ans ont porté plainte contre l’agent. Les trois dans différentes circonstances, toujours le même récit, des baffes, menaces, insultes, coup de poings et coups des pieds.

Ikael au mois d’avril de l’année en cours a été arrêté pour avoir tagué sur un mur de la ville son surnom « Moogli ». Pendant le trajet jusqu’au commissariat avec la patrouille il reçoit une première baffe. Ensuite c’est l’arrivée au commissariat et c’est là que le pire commence, un autre flic s’en prend à lui. Selon un témoignage de la victime : « Ses collègues lui ont raconté que j’aurais essayé de mémoriser sa plaque. Une pluie de baffes s’abat alors sur moi. Tout ça devant mes potes et les autres policiers. Et surtout la caméra qui filmait toute la scène. Il doit y avoir une trace, forcément. ». Dans la cellule le détenu est frappé au sol et étranglé. Les certificats médicaux confirment le témoignage de la victime, plusieurs blessures sont constatées et trois jours d’ITT seront prescrits.

Maxen s’est fait agresser par le policier lors d’une rixe à laquelle il n’a pas pris part : un flic l’aurait bousculé par derrière. Suite à cette provocation le jeune Maxen aurait « tchipé » l’agresseur et c’est alors que l’agent le pousse et le prend en étranglement en lui disant d’un ton provocateur : “tu veux jouer du pieds-poings ?”, ensuite il lui assène un coup de poing à l’arcade qui lui provoque une coupure, Mexen saigne, le policier avant de l’embarquer, se moque : « Jacki Chan a fait le chaud » dit-il.

La troisième agression s’est produite lors d’une intervention au pied d’un immeuble dans quartier de la Sablière à Villemomble toujours en Seine Saint Denis. Un jeune homme de quinze ans est interpellé soupçonné d’avoir volé une montre, les flics montent dans l’appartement du jeune pour vérification de la véracité du récit au prés de sa mère. C’est alors que son frère Hamza demande une explication : « Ferme ta gueule c’est pas ton problème » répond le tendre « lolo », Hamza rajoute « c’est toi ta gueule », c’est alors que les deux policiers se séparent l’un accompagne le petit frère dans l’appartement et l’autre va dans le hall avec Hamza. Là le policier utilise un poing américain pour le frapper au visage. En voyant que Hamza saigne, il retire le poing américain et continue à le tabasser avec ses poings. Trois jours d’ITT pour l’agressé qui a ensuite porté plainte contre le flic. Celui-ci à son tour porte plainte contre Hamza pour violences.

Hamza est passé en jugement, il a été relaxé de l’accusation de violence, mais il doit payer cinq cent euros d’amendes pour outrage. Les deux autres victimes attendent leur tour. Tous les trois ont saisi l’IGPN, mais la justice, nous le savons, penche toujours du côté des policiers des politiciens et des patrons.
La politique de violence et le racisme d’état contre les secteurs de la population les plus démunis, reflétée sur le terrain par les forces de l’ordre deviennent, avec le temps, une façon d’arrondir les fins de mois pour les flics. Toujours selon StreetPress, près de 19000 plaintes pour outrage, rébellion et violences volontaires sont déposées par les policiers. Selon un rapport du ministère de l’intérieur, ce fonctionnement serait devenu une habitude pour les fonctionnaires. De quoi s’interroger sur le rôle de la prochaine police de proximité : plus de police, toujours plus de contrôles au fasciés et encore plus de violences contre les banlieues, militants et manifestants.




Mots-clés

Seine-Saint-Denis   /    Violences policières   /    Société